Ian Kelly ou le retour aux sources de la Folk Music.

On a beau dire que la France regorge de nouveau talents folk, les vrais de vrais, les puristes et gourous de ce mouvement résident de l’autre côté de l’Atlantique : Ray LaMontagne, Bill Callahan, Sean Rowe, Bon Iver, la liste des grands noms du folk moderne est longue, et c’est dans des cabanes retirées au fin fond du Canada ou aux Etats-Unis qu’on les retrouve.

Ian Kelly lui aussi vient du Canada, de Montréal très exactement : barbu, carrure de bucheron, chemise à carreaux, il répond à tous les clichés folk. Mais, s’arrêter à cela, se serait passer à côté du principal : Ian Kelly est lui aussi un pur produit de ce que j’appellerais le label « folk naturel », sans aucune mièvrerie. L’artiste de 30 ans a deux albums dans son bagage, le dernier date de 2008 : Speak Your Mind, un album handmade ou Ian Kelly a tout fait tout seul. Comme les grands gourous folk, la nature et l’environnement tiennent une place prépondérante. Aussi dans son album il expérimente de nouveaux sons : pour ses beats, il se sert de son bac de recyclage, utilise des bouteilles, des cartons, des cannettes et jouent avec.

Sur scène, c’est avec une guitare qu’il joue et accompagné de deux musiciens : John Day et Mark Nelson. Il était à la Bellevilloise le 28 juillet dernier. C’est la qu’on a vraiment pu prendre la mesure du talent du songwriter canadien. Sur son album, on est touché par sa voix et ses compositions. En live, Ian Kelly dégage un tel charisme et un magnétisme  qui permet de capter n’importe quel auditoire. C’était dans la Halle des Oliviers de la Bellevilloise que l’homme se produisait, devant un parterre de spectateurs beaucoup plus intéressés par leurs assiettes que par les artistes qui se succèdent sur scène. Yules en a fait les frais. Pourtant, Ian Kelly a réussi, par on ne sait quelle magie noire à détourner l’attention vers lui, pour au finale séduire totalement ce difficile public. Petit à petit, l’auditoire est envouté par Ian Kelly, sa folk teintée par moment de sonorités world, son accent canadien, et est totalement séduit par le trio. Nous aussi… et on ne comprend pas pourquoi un tel musicien est si peu connu encore chez nous, alors que l’homme à clairement sa place entre Bill Callahan, Bon Iver et Ray LaMontagne!

Myspace : www.myspace.com/iankellysmusic

Sabine Swann Bouchoul

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.