The Constant : l’étrange électro-pop de I Blame Coco

I Blame Coco. Ce nom de groupe un peu étrange ne te dit rien? Eliot Pauline Sumner non plus? Bien, et si on te parle de Sting, là tu sors un peu du brouillard. Oh, tu te demandes certainement pourquoi on te parle de Sting? Parce qu’Eliot Pauline Sumner alias Coco, c’est la fille du grand Sting. Et, comme son papa, elle chante. Mais, la comparaison arrête là. Le monde de Coco Sumner ne ressemble en rien à celui de son illustre géniteur. On pourra dire que c’est facile pour elle, la demoiselle a baigné dans la musique, que la musique elle l’a dans le sang. Mais, baigner dans le monde du leader de The Police a eu quelque effet dévastateur sur la jeune fille. Enfant, on l’a catalogué de « bizarre ». En crise d’identité perpetuelle, la jeune fille âgée aujourd’hui de 20 ans sort son premier album, The Constant. Et cette quête d’identité, on la retrouve dans l’opus sur lequel elle bosse depuis ses 15 printemps. Cinq ans de labeurs pour un résultat bluffant, planant, étrange même. The Constant c’est un mélange entre électro-pop et rock psyché, un peu à la manière de La Roux, d’ailleurs c’est avec elle qu’on découvre pour la première fois I Blame Coco.

Dans cet album on sent une Coco un peu perdue, détachée du monde réel. C’est ce qu’elle raconte notamment dans « Please Rewind« . Coco,elle-même l’avoue, quand elle écrit, elle laisse parler les mots. Adepte de la pensée automatique, elle écrit souvent lorsqu’elle est dans un état second. C’est seulement plus tard qu’elle réfléchit au sens de ses écrits (C’est ainsi qu’est né le titre « Constant » ou encore « Caesar« , deux tubes en puissance). Bizarre a-t-elle dit? Non simplement grande artiste, avec un feeling particulier pour composer des tubes. Et son album, The Constant en regorge. Loin du pop/rock de son père, Coco se situe dans un courant plus électrique, limite psyché. On connaissait déjà Selfmachine, son rock/electro, et son refrain entêtant . On va plus loin dans le monde torturé et étrange d’I Blame Coco. La jeune fille mélange guitares saturées et synthé. In Spirit Golden pourrait sortir tout droit de la discographie de LaRouxRobyn a craquée sur la pop/electro d‘I Blame Coco a tel point qu’elle intervient sur The Constant. La belle suèdoise a en effet posé sa voix sur plusieurs titres et a pris la jeune Coco Sumner sous son aile… le résultat est détonnant, et surtout s’écoute sans fin!

Advertisements

Une pensée sur “The Constant : l’étrange électro-pop de I Blame Coco

  • 6 octobre 2010 à 17 h 50 min
    Permalink

    très bon article, je suis coco depuis un moment et c’est comme ça que je définirais son univers!!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.