GUSH à Achères : la mafia rock fait sa rentrée!

Connais-tu le phénomène GUSH ? Ces quatre garçons dotés d’un talent inné qui attisent les foules de part et d’autre de la France ? Cette tempête rock qui contamine, a chaque passage, toute personne de 7 à 77 ans ? Non ? Alors inquiètes-toi, l’heure est grave ! Le vendredi 08 octobre 2010 avait lieu la rentrée des GUSH au centre culturel Gérard Philippe à Calais ! Le samedi 09 octobre 2010 à Achères (78), on inaugurait la deuxième date, d’une tournée automne/hiver qui s’annonce très « chaude ». Dès les premières notes de « The Big Wheel », introduction commune à chaque concert, Xavier Polycarpe, Mathieu Parnaud, Vincent Polycarpe et Yan Gorodetzky entrent avec une énergie foudroyante !

Le rythme entrainant de cette chanson et la démonstration de Vincent, nous incite à taper dans les mains. Comme envoutées, plus rien n’a d’importance que de respecter le tempo, taper, danser, chanter, on réalise être avec GUSH, on en prend réellement conscience et plus rien ne nous arrêtera jusqu’à la dernière note de fin !
Ils enchainent avec « Dance On », le public se lance tranquillement dans l’ambiance, ils nous transmettent une telle joie de vivre, que même le plus pessimiste de la salle commence à bouger ses pieds. Comme la chanson l’indique « danse, danse toute la nuit », les fans l’ont bien compris. Si tu es là pour rester stoïque ou simplement balancer ta tête, tu ne reçois définitivement pas les mêmes vitamines que nous, au même instant. Après vient le fameux « Je t’aime Norvégien » : « Jeg Digger Deg ». Au fil de leurs nombreux concerts, les garçons ont rehaussé ce morceau avec plus de peps. Vers le milieu de la chanson, comme à son habitude, Vincent va booster l’audience à coup de solo de batterie, de répétition de « Jeg Digger Deg ». Là c’est l’explosion ! Le public n’est pas « chaud comme la braise » mais plutôt comme « un volcan en éruption ». Tout le monde crie « Jeg Digger Deg », les garçons quand à eux, montent en puissance et quelle poigne ! Gros coup de tonus dans la salle.

« No Way » sera la suivante. Carton plein, cette chanson est un tube. Elle est reprise par l’ensemble des gens présents, tous au taquet sur le refrain. On vous avait annoncé la couleur au début, cet automne/hiver s’annonce très très « chaud ».

Séquence émotion avec « My Favourite Song », « Remedy » et « In The Sun ». Aussi dynamique qu’est le groupe, ils possèdent également une très belle sensibilité que l’on retrouve aux travers de ses trois chansons. « In The Sun » est d’une délicate poésie, beaucoup de cœurs sont conquis par celle-ci. GUSH a également interprété « Back Home », « Dragster Cowboy » et « Killing My Mind ». Cette dernière est dotée d’une intro, un morceau de Parliament « My Automobile ». Cet assemblage est une pure merveille. Bravo aux garçons pour avoir eu l’idée d’insérer cet air funkadelic ! Il faut souligner qu’en cette année 2010, John LENNON aurait eu 70 ans et GUSH, en tant  qu’admirateur de cet artiste, on interprété « Instant Karma » pour lui rendre hommage. Très beau clin d’œil de leur part.

« P.Nis », « Let’s Burn Again » et « You Really Got Style » sont trois pépites. Trois chansons qui mettent en transe un public quel qu’il soit. « P.Nis » comme dirait Yan, c’est, un air baroque, de l’autosatisfaction et bien plus encore. « Let’s Burn Again » a été le tube de cet été. Qui ne succombe pas à l’écoute du piano, la voix éraillée de Xavier, ce rythme soutenu, ces chœurs par Mathieu, Yan et Vincent et ce texte. Qui ne tape pas du pied, ne claque pas des doigts, ne s’égosille pas la voix pour partager ce moment avec eux. Il est impossible de rester neutre à l’écoute d’un titre comme celui là, impossible !
Quand à « You Really Got Style », c’est la clôture d’un set, une musique entrainante, aérée, rythmée à la perfection, ou ton corps entier frétille, ou tu danses un twist sur le refrain, c’est l’apothéose d’un groupe spectaculaire tel que GUSH. A la fin de ce dernier morceau, les garçons partent, laissant un public survolté. Ça crie, hurle, tape des pieds. Tout le monde est contaminé par l’épidémie GUSH. Ils réapparaissent quelques secondes après, pour un rappel ou nous entendrons « Vondelpark » et « Jealousy ». Une dernière ascension se fera sur «Vondelpark» accompagnée de fans en adéquation avec le groupe. Puis « Jealousy » ou la beauté d’un silence merveilleux avec comme seule présence les voix enchanteurs de Xavier, Vincent, Yan et Mathieu.

Marie Conte

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.