Love Amongst Ruin : rugueux et mélancolique.

Quel est le lien entre Placebo et Love Amongst Ruin ? La musique nous direz-vous. Oui mais encore ? Si on vous dit « batterie » vous nous suivez ? Ceux qui viennent de dire Steve Hewitt en lisant ces lignes sont dans le vrai.

Steve Hewitt, ancien membre de Placebo, d’Octobre 1996 à 2007, jouant donc de la batterie, revient au devant de la scène, avec son « bébé » Love Amongst Ruin. Steve prend désormais place derrière un micro et son groupe est déjà décrit comme « l’un des plus explosifs » de cette rentrée 2010.

Accompagné de ces musiciens, ils suivent les traces des Cure, Metallica ou encore Depeche Mode. Malgré le métal rugueux et métronomique, Love Amongst Ruin est tout de même proche de l’univers de Placebo, où l’on retrouve cette atmosphère noire et psychédélique.

A l’écoute de « Come On Say It » on navigue entre Rock Stoner et New Wave. Quant aux riffs de « So Sad », celles ci sont proches des Slipknot, place au Rock à l’état brut. « Running » est pour nous, la chanson tranchante, celle qui distingue de loin Placebo et son Rock So British avec Love Amongst Ruin et son Rock Alternatif. Marqué par des guitares détonnant et une batterie efficace.

En conclusion Love Amongst Ruin dévoile un album indie des années 90, où comme dit précédemment, on inaugure la réapparition des guitares industrielles. L’ambiance est mélancolique mais soutenue. Steve Hewitt se révèle être un chanteur épatant, « père » d’un album remarquable et surtout leader d’un groupe en plein envol.

Marie Conte

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.