Dans les loges avec…DJAK (interview)

Djak, on vous en parle depuis quelques temps déjà. Après la chronique, le live report, il nous semblait normal de partir à la rencontre de ce groupe dont le rock oscille entre les Kooks et Phoenix. Ils revendiquent clairement leur appartenance à la mouvance anglo-saxonne du rock. Ils sont français, d’Angers pour tout vous dire, et pourtant chante en anglais. Évidemment, il ne faut pas croire que l’anglais n’appartient qu’aux anglais ! Djak c’est un peu d’influence d’Outre-Manche, avec ce quelque chose de typiquement français qu’on ne saurait expliquer, eux aussi d’ailleurs ne l’expliquent pas tellement : on appellera ça la French Touch !

ORAF choppe le groupe à la sortie de leur set, à l’International samedi dernier : direction la petite loge des artistes. Si l’interview commence doucement et sérieusement avec Mathieu (chanteur et guitariste), celle-ci dérape très rapidement : coupure, interruptions intempestives, puis arrivée au compte goutte des autres membres du groupe les deux Vincent (l’un à la basse, l’autre à la batterie), et enfin de Nicolas. Et là, ça devient le gros n’importe quoi. C’est sur une phrase hautement philosophique qu’on vous laisse suivre l’interview pas comme les autres de Djak.

c’es

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.