Les concerts rock et folk à ne pas manquer en décembre

C’est une fatalité : le mois de décembre arrive. Le froid ? Cet idiot, cela fait bien un petit bout de temps qu’il s’est installé, avec même quelques temps d’avance. Autre fait : qui dit décembre, dit fêtes de fin d’année. Et qui dit fêtes de fin d’année dit boîtes de chocolat, et autres gloutonneries. Donc, nous voilà face à deux problèmes qui au premier abord semble inextricable. Nous avons des solutions, ne vous inquiétez pas. Pour ne pas geler, la parade serait de rester coller à sa cheminée  avec son chocolat chaud et sa couette. Mais on vous la déjà dit, ça c’est très mauvais pour la vie sociale. Non, la parade s’est de venir s’échauffer et transpirer dans les meilleurs concerts ! Et puis, ça permet aussi de rester éloignés de la boîte de chocolat ! Donc, tout bénef ! La question est donc désormais de savoir où aller shaker son booty ! Là encore, nous avons les solutions. Prends ton agenda, et notes donc, on a pris que le meilleur !

 

1 décembre : I blame Coco, Nouveau Casino


Ne dites pas que vous ne connaissez pas I Blame Coco, je risque de me fâcher toute rouge ! Coco Sumner, aka la fifille de Sting se lance avec son projet qu’elle peaufine depuis l’âge de ses 15 printemps. Son premier album est sorti en octobre. Un album aux sonorités électro/pop parfois un peu étrange, paru sous la houlette de Robyn. Des tubes à la chaine comme Quicker ou encore Spirit Golden. I Blame Coco, c’est de la musique pour sauter partout, et c’est très bien pour commencer le mois de décembre.


5 décembre : Fistful of Mercy + James Vincent McMorrow à la Cigale


Si vous vous dites que c’est uniquement pour James Vincent McMorrow qu’on met cette date, vous avez totalement raison. Pourquoi ? Parce qu’il est notre coup de coeur de l’hiver, que sa musique nous fait chavirer à la manière d’un Bon Iver, et que à « temps d’hiver, folk d’hiver ». Et il faut dire que James fait chavirer nos cœurs et même s’il est seulement en première partie, on ne se privera pas d’aller le voir !

6 déc : Owlle, à l’International


On attend impatiemment depuis le 3 septembre un concert de la jolie Owlle. Rappelez vous, elle était invitée à la Carte Blanche des Twin Twin au Trois Baudets. On s’était mordu les doigts d’avoir raté sa perf. Du coup on guette, on attend une nouvelle date, et ô joie voilà que France se produit à l’International ! On frétille déjà de pouvoir écouter l’électro-folk et cette voix poignante et particulière propre à Owlle. Vous ne connaissez pas ? Mon Dieu, heureusement que ce cher Hiboo a fait l’une des plus belles sessions acoustiques du web avec la jeune femme.

7 déc : Cascadeur, le Point Éphémère


J’admets. Troisième artiste, et encore de l’électro. Mais pas le même électro. Ici, les machines se mélange avec le lyrisme, et les envolés vocales de Cascadeur. L’homme casqué est un phénomène à ne pas rater, sous peine de passer pour un loser. Des artistes qui vous scotchent il en existe pas des centaines. Lui, en fait parti. Et, le pire c’est qu’on n’a aucunement besoin de voir son visage. L’œil est attiré par des projections visuelles et l’oreille est bercé au rythme des « Walker« , « Meaning » ou « Into The Wild« .

8 déc : June Hill/What About Penguins, l’Etage


Le même soir, on retrouve nos chouchous les Pingouins, et nos quatre fous des sessions acoustiques sauvages. Ces derniers viennent de signer chez Believe Digital, donc raison de plus pour venir faire la fête bien comme il se doit !

9 déc : The Pretty Reckless, la Maroquinerie

Taylor, Taylor, Taylor… Ouai la fille de Gossip Girl. Mais par pitié, oublions Gossip Girl. Il s’agit ici des Pretty Reckless, un phénomène rock grunge en puissance. On l’a compare à Courtney Love, elle voudrait être Kurt Cobain. Elle a l’énergie d’un mec, et la rage des plus grands rockeurs. Ah, oui elle n’a que 17 ans, mais on lui lit un avenir radieux dans le monde de la provoc’n’roll attitude. On ne peut définitivement pas rater la demoiselle et ses trois mecs.

13 déc : Cocoon, Casino de Paris


On ne remerciera jamais assez Cocoon d’avoir remis le folk au goût du jour. Non, on ne remerciera jamais assez Cocoon de nous fournir des morceaux délicats tout plein d’innocence qui sentent bons la jeunesse. Non, on ne remerciera jamais assez Clermont-Ferrand de nous avoir donné Cocoon. Et, en fait, une façon de les remercier, serait tout simplement d’aller chanter avec eux « Chupee« , « On My Way » ou « Oh Mother » avec eux?

14/15 déc : Medi à la Boule Noire


Des petits frenchies qui se la joue rock british version 70′, on en possède pas beaucoup. Medi and the Medecine Show c’est notre valeur sûre. Le genre de musique qui vous fait partir du côté des bars londoniens. Ils sont trois, ils sont de Nice, ils sont menés par un grand bouclé au fort potentiel charismatique, et surtout une voix qui vous embarque immédiatement. Ils sont de France et on est fier de dire, que Medi & The Medecine Show : ils sont français et se la joue à l’anglaise. It’s so good ! So good !!! Oui, mais là, il est tout seul Medi, et il présente son projet solo… et là on piaffe d’impatience de voir ce que ça peut donner.

18 déc : Twin Twin, Centre Barbara Fleury Goutte d’or

Vous pouvez en être sur, je ne vous lâcherai pas avec les Twin Twin. Parce que dans le genre groupe de scène qu’on voudrait bien voir pendant deux heures d’affilées au mois une fois tous les six mois, on ne fait pas mieux… Bon, pour l’instant ils ne donnent pas (encore!) des sets de deux heures, du coup on reste sur nos fins, et donc pour compenser on va les voir une fois par mois. Ben oui, nous chez ORAF on ne se lasse pas de « By My Side », « Vive la Vie » ou « ZXR »…parce que Twin Twin c’est un groupe anti-crise, anti-déprime, anti-fatigue, on les prescrit à grosse dose, sans aucun risque d’overdose. Un effet secondaire : l’addiction. Mais, qu’importe c’est du bon ! OH YEAH !

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.