L’interview-vérité de Jamaica

Il y a quelques mois, nous avions rencontré Antoine Hilaire, du groupe Jamaica juste avant leur concert à la Flèche d’Or. Lors de l’interview, le garçon nous parle un peu du groupe, de leur album No Problem, et tient aussi à rétablir des vérités ! Tout ça dans une ambiance détendue, sur un ton très second degré. Une interview où, une fois encore les fous rires se sont comptés par dizaines.

Par ailleurs, si vous n’avez jamais vu encore Jamaica, ce duo détonnant sur scène, dépêchez-vous de réparer cette erreur ! Ils sont en concert le 8 février à l’Alhambra.

Jamaica, c’est un peu deux mensonges non ? avec un nom comme ça on se dit que c’est du reggae et en fait non, et le deuxième on dit que vous êtes un groupe électro, et pas du tout…

Eh non c’est pas du reggae et ce serait un très mauvais nom de groupe de reggae, comme Portugal serait un très mauvais nom de fado ! Et pour le groupe éléctro, c’est pas nous qui avons dit cela, mais les gens qui nous associe aux producteurs de l’album Xavier de Rosnay de Justice et Peter Franco, l’ingé-son de Daft Punk. Ça a suffit pour faire le rapprochement. Mais une fois qu’on est sur scène, on voit très bien qu’on est un groupe de rock…mais aussi et surtout quand on écoute les chansons !

Et le fait justement qu’on vous rapproche à Phoenix, Justice, Daft Punk qu’est-ce que ça vous fait ?

C’est super flatteur, c’est des supers groupes qu’on connaît personnellement puisque ce sont des amis, et puis ça peut nous permettre de passer pour ce qu’on voudrait être, c’est-à-dire un groupe de rock français crédible sur la scène internationale. C’est super bénéfique pour nous… ça nous aurait plus déranger si on nous avait rapproché de groupes que l’on aimait pas…De toute manière, les gens font les rapprochements qu’ils veulent

Cet album No Problem, il marche très bien d’ailleurs à l’étranger…un peu moins bien en France

Il se vend très bien au Japon, en Australie, aux Pays-Bas, en Allemagne. C’est peut-être des pays où le mainstream est un peu plus large qu’en France. La plus grosse radio australienne passe notre single, alors qu’en France on nous a demandé de couper le solo…chacun son mainstream…

Est-ce que c’est pas parce que la France elle est pas prête encore pour ce style de musique…

En fait, moi je suis plus surpris que ça marche davantage dans les autres pays, parce qu’on y a jamais mis les pieds encore. L’accueil en France lui est plutôt honorable tout de même. On fait quand même plein de concerts et on est très content. Mais oui, ce serait super si on pouvait passer sur des grosses radios, ça permettrait de changer l’échelle du groupe. On pourrait alors se déplacer avec plein de cordes, de cuivre, on circulerait avec des hélicoptères, un cuisinier…

Mais aujourd’hui avec internet, est-ce qu’un groupe a vraiment besoin de passer à la télé ou la radio pour réussir ?

Personnellement, je pense que le nerf de la guerre pour durer, et avoir une vraie histoire avec un groupe c’est de tourner. Faire un disque et tourner.  Après l’acceptation par les médias passent par beaucoup de facteurs, et il y en a un qu’on oublie parfois c’est la chance… Parce qu’un programmateur radio va aimer les titres plus qu’un autre, va apprécier un groupe pop plus qu’un autre. C’est quelque chose qu’on ne maîtrise pas, mais en même temps on ne s’en préoccupe pas trop de ce genre d’attente, parce qu’au final ça n’a pas tellement pas sa place dans une démarche artistique.

L’album s’intitule « No problem », est-ce que ça veut dire que sa préparation a été facile ?

Ca  c’est passé comme sur des roulettes. En tout, on a dû mettre en tout six mois pour le faire, et c’était un vrai plaisir, vraiment très fluide. Et puis du coup on trouvait ça malin d’appeler l’album No Problem. Et puis Xavier a joué un rôle majeur, il était toujours très à l’écoute, c’était une super rencontre, et j’espère qu’on rebossera avec lui dans le futur.

Vous avez travaillé sur le titre « Je Danse » de Jenifer…

Pas du tout ! En fait, je vais vous raconter comment ça c’est passé. On est signé chez un éditeur qui s’appelle Warner Chappell, qui a la très bonne idée d’envoyer ses poulains pour un « stage musical » au soleil pour bosser sur des chansons avec des artistes. On est parti, et Flo écrit une chanson avec un mec qui s’appelle Siméo et une nana qui s’appelle Chat. La chanson était suffisamment bonne pour que Warner décide de l’incorporer à un catalogue de titres qu’ils ont l’habitude de proposer aux artistes. Les gens qui s’occupent de Jenifer ont adoré la chanson de Flo et Siméo, et on décidé de la mettre sur son album. Donc, aucun appel, aucune rencontre, juste une jolie opportunité. Après on est content qu’elle soit chantée par Jenifer même si on aurait préféré qu’elle soit chantée par Neil Young. Après je trouve que le fait que le nom du groupe ressorte c’est malheureux, abusif, faux, et je pense que ça ne les aide absolument en rien. Après il n’y a aucune animosité, on estime juste que le public de Jenifer et le public de Jamaica c’est pas le même, et que ça n’apporte rien de positif ni à l’un, ni à l’autre.

Oublions Jenifer, est-ce qu’il y a des artistes avec qui vous aimeriez collaborer ?

Oh, il y en a pleins… Jimmy Page, Neil Young, Kate Bush avant qu’elle prenne sa retraite, Nick Drake mais ça risque d’être un peu dur… Jay-Z, Kanye West…bon je suis pas fan de ce qu’il a fait ces derniers temps…mais on m’a dit qu’il était sympa. Non soyons sérieux, si jamais on nous propose des collaborations avec des popstars on ne va pas faire la fine bouche.

Propos recueillis par Sabine Bouchoul et Lamiya Aït-Saïd.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.