We Only Said ou l’hymne à la mélancolie

Après Djak, I COME FROM POP on vous parle encore d’un groupe breton : We only said ! Comme quoi *blague à deux balles * la Bretagne c’est pas que les crêpes, le Mont Saint Michel et la pluie mais c’est aussi de la bonne musique !

Autre coîncidence on vous a posté la semaine dernière la première partie de l’interview du super groupe français Empyr, mais We only said en est aussi un. C’est au départ un projet solo portant le nom de « I only said » lancé par Florian, un ex du groupe Trunks. Il est rejoint par la suite par Mathias, Loïg, Stéphane et Pierre qui sont aussi des ex membres  de groupes tels que  Montgomery ou Formadagele. Devenue une petite troupe  le « I » n’était évidemment plus de rigueur ! Le groupe sort son premier album en 2009 et comment dire… Alors je sais pas si c’est parce qu’ils viennent de Bretagne, la Grande Bretagne, les légendes arthuriennes… Tout ça c’est lié  musicalement car leur pop rock n’a rien à envier aux « Rosbeef Citizens ».

Et là je sais cher lecteur, soit tu lèves un peu les yeux au ciel en disant « vas y de quoi elle va nous parler encore, d’un nouveau genre de Strokes, Arctic Monkeys… encore du méché slimant » (bon c’est pas de la pop rock mais je voulais simplement souligner le cliché). Là je te dis, cher lecteur c’est pas très sympa, laisse moi au moins le bénéfice du doute, que j’argumente en deux parties avec deux sous-parties (comme on m’a appris en droit) ! Ou alors le contraire, version super enthousiaste et là je te dis cher lecteur que je suis désolée mais c’est pas du tout ça.

Non là on est pas dans la pop rock  dansante qu’on met dans les booms, c’est tout le contraire. Oui lecteur je t’ai bien eu (j’aime à croire que je suis une reine de l’intrigue) la musique de We only said est froide, mélancolique, lancinante tantôt brumeuse et le groupe utilise beaucoup les choeurs. Non sur leurs dix titres il n’y a pas de chanson dansante, on peut trouver ça dommage ou non. Perso je trouve que ça apporte une unité à l’album, ça permet au groupe d’affirmer son propre style. Leur musique est paradoxalement loin d’être molle et on y trouve de belles envolées rythmiques comme dans « Our Monochrome life » ou « Cheerful Girl ». Parce qu’il n’y a pas de mélancolie sous la pluie sans piano, il est utilisé principalement dans le très cadencé « Go Rotten », on pourrait limite croire en écoutant simplement la musique qu’il s’agit d’une bo de film d’horreur…

Lamiya Aït-Saïd

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.