Minnie Moskowitz : Ce n’est pas du cinéma

Il est souvent dit que sur Terre il y a cinq femmes pour un homme, ici c’est presque ça puisque qu’on a quatre filles pour un homme. Autant dire que question Girl Powa on est servi et on ne peut s’empêcher d’avoir une petite pensée pour Guillaume, le batteur, qui espérons, ne devient pas fou au milieu de tout ces chromosomes X !

Petite considération mis à part revenons au sujet principal, les Minnie Moskowitz : quiquequoi ? Certains amateurs du cinéma auront peut être vu le film « Minnie and Moskovitz » et pensé qu’on ‘était devenu un blog cinéfool (mauvais jeu de mots avec cinéphile) mais non il s’agit bien d’un groupe.

Minnie Moskowitz qui ? Quintet parisien formé en 2008 et  qui squate au Point Ephémère. De la pop rock électro sous couvert de jolies robes et diverses accessoires, de couleurs, de cheveux et d’une barbe. Ils se sont rencontrés grâce à des amis communs.

Minnie Moskowitz que ?  L’été dernier ils sortaient leur tout premier EP « The Shark is Dead », composé de quatre titres, dont un du même nom.

Minnie Moskowitz quoi ? On arrive à l’intéressant (enfin vous allez me dire !). Alors je l’avoue à la première écoute je n’ai pas été  emballée plus que ça, en même temps il faut dire que ce n’est pas ce que j’écoute d’habitude, oh bien sur j’écoute de l’électro mais là c’est différent de Air, Phoenix, Jamaica… avec lesquels on pourrait les comparer quand on lit « groupe electropop/rock. C’est pour ça qu’après la première écoute je savais pas trop quoi penser ! Mais penses tu cher lecteur, je fais bien mon boulot !  J’ai ré-écouté l’EP plusieurs fois en m’ôtant de la tête l’idée de les comparer à nos habituels groupes électro français et je dois dire que j’ai plutôt bien fait !

Une voix fraîche, un joli parlé/chanté, exercice difficile mais qui est, pour moi réussi dans la chanson « The Shark is Dead ». Une  jolie mélodie, très pop des années 80 avec un petit plus, outre le clavier les Minnie utilisent la flûte traversière. Mon morceau préféré reste « Meet me at the Disco » et ce, malgré les plusieurs écoutes,  on peut donc vraiment parler de coup de cœur. Un refrain percutant et fracassant qui reste en tête, un synthé qui rythme le tout : Amis de la pop des 80s bonsoir ! « Babylosers » qui suit juste après on change du tout au tout, autant « Meet me at the Disco » invitait à la fête, comme son nom l’indique, autant le troisième titre de l’EP est l’opposé :  froid et pessimiste, la flûte traversière accentuant cette atmosphère. Le parfait exemple qu’avec sa dimension déshumanisée l’électro peut aussi se révéler être une musique froide.

En plus d’aller écouter vous devez acheter l’EP juste pour le joli « porte disque » fait de carton en forme de silhouettes, quatre féminines et une masculine ! A voir ici

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.