Francofolies day 2 : Dans ma vie j’aurais moins d’embrouilles, oh si j’avais des couilles (GiedRé)

Ok, ça fait trois jours qu’on est là. Je retrouve la jambe fuselée que j’avais à l’époque ou je faisais sept heures de sport par semaine. Parce que mine de rien, qu’est ce qu’on en marche des kilomètres, et on court tellement partout qu’on en oublie même de manger. Ou alors trop…ou alors pas du tout. Les filles, le remède miracle pour perdre sans effort les kilos (en fin presque) c’est de couvrir un festival. Mais soyons sérieuses, nous sommes là pour le boulot (pour de vrai en plus), et ce deuxième jour ça commence très tôt.

Interviews en chaine, dont une mémorable des Twin Twin…oui je sais encore eux. Va falloir t’habituer à entendre parler d’eux assez souvent. Et, puis entre nous, c’est mieux de parler de Twin Twin plutôt que de…euh Zaz ? Mais, je te jure lecteur d’amour, sur la tête de « ouam » que t’as jamais vu ça de ta life. En fait, la vérité c’est que…c’est que…c’est métaphysique, en fait non je te dirais rien ! La deuxième interview complétement folle, c’est avec Lamarca. Bon, moi je ne connais pas très bien, même pas du tout, mais Lablonde elle assure que c’est génial, et souvent on est d’accord. J’ai pas encore écouté mais je la crois sur parole. Lui, il nous dit avec son regard de mec qu’est ce qui est un piège à fille (la guitare oui, mais apparemment la chemise à carreaux non).

Bertrand Belin c’est le gendre idéal. Si si je te jure, et même que quand tu fermes les yeux, tu pourrais croire entendre Bashung. Et même qu’il raconte n’importe quoi, et c’est vraiment trop drôle. J’aimais pas sur album, et en live, je crois que j’ai craqué…et qu’il faut désormais rajouté dans la liste de mes amoureux ce dandy. Bébé, tu m’as eu.

Faut pas croire la hypitude parisienne….des fois, elle raconte n’importe quoi, et tu demandes vraiment si on entend pareil. Genre La Féline. Le mouvement n’arrête pas de vendre ce projet comme étant génial… J’ai pas tenu plus de…Trois chansons…qui, il faut le dire se ressemblaient beaucoup.

J’ai aussi découvert pour la première fois de ma vie GiedRé en live. Et j’ai jamais autant rigolé en concert. Déjà la nana, elle se moque de Grégoire « celui qui vend trop des tubes ». Elle dit pleins de gros mots dans ses chansons, parle ouvertement de culs sans avoir honte, et dit qu’elle préfère écrire des chansons moches, et ce qu’en pensent les autres elle en a rien à foutre. Moi, ça me plait. En fait, plus que la musique en elle-même, c’est le personnage absurde et trognon qu’elle incarne que j’apprécie et puis quand elle chante « Comme Mylène Farmer, j’ai posé cette question, j’ai dit Dis Maman pourquoi je ne suis pas un garçon, ma mère m’a répondu que j’étais pire que ça, vulgaire comme un mec, bête comme une fille, je suis les deux à la fois« …j’avoue je me suis un peu reconnue…parce que des injures et des jurons j’en lâche au kilos et à la minute. Meuf, jte love…à tel point que j’ai décidé de mettre un bout de ses paroles en titre de cet article.

J’ai réalisé un rêve de gamines aujourd’hui. Ceux qui me connaissent un peu savent que je suis une amoureuse d’Argentine. Qui dit Argentine dit Tango. Ceux qui me connaissent bien, savent que j’ai pratiqué de la GRS pendant 18 ans (ou alors ceux qui ont lu le blog ces derniers jours ont du l’apprendre), et que j’aimais monter mes chorégraphies sur du Tango… Et à l’heure actuelle, qui dit Tango dit Gotan Project. Et il y a dix ans, je dansais sur « Santa Maria de Buenos Aires » (La Revancha del Tango)… Aujourd’hui je rencontre les deux cerveaux du groupe… Palpitations dans mon coeur, les mains mointes, et la voix chevrotante…On parle Argentine, Tango, Bandoneon…un peu musique électro, milonga, et Astor Piazzola…Puta Madre, me siento tan bien con ellos ! Dix années se sont écoulées entre ces enchainements de GRS et mon interview de Gotan…on peut dire que la boucle (en pied-tête même) et bouclée…

Mademoiselle K, c’est trop la classe. C’te fille je l’aime. Et j’aime encore plus sa crête rouge, son blouson en cuirs sans manches, ses deux guitaristes à chapeau, les grimaces de Mademoiselle K. J’arrêtais pas de la rater à Paris, il a fallu descendre à La Rochelle pour la voir, et ça fait plaisir. Seul point noir : soleil quand tu veux tu pointes.

We Were Evergreen se met à l’électro…non c’est pas vrai. Le trio a par contre énormément fait évoluer leurs titres, en ajoutant quelques plages éléctro. Et, si avant on remuait sévère, et ben là on remue sévère deux fois plus. Big Up à Fabienne, qui a toujours un look génial, Michael qui rend la trompette sexy (ouai parce que pour moi, qui dit trompette, dit Marcel et son orchestre à la Fête de la musique à… Berck…c’est la première ville qui est arrivée dans ma tête).

Oh à La Rochelle, ils ont aussi un Bus Palladium…Ca s’appelle le Casino. Tu vois la population du Bus ? Ouai une boîte de nuit, pour adolescentes de moins de 15 ans…et ben c’est pareil. Les filles sont habillées toutes pareils, et ont cet air blasé très caractéristique des parisiennes… Et elles écoutent Oh la la… (et oh la la, qu’est ce que c’est toujours la même chose). Et, les mecs, ben tu les comptes sur les doigts de la main…d’une main… Ils ont quatorze ans, et veulent tous en train « backstage ». Va savoir pourquoi ! Sinon, il y avait aussi The Shoes, et tu sais pourquoi ils s’appellent The Shoes ? Parce que les chaussures ça se met aux pieds, et c’est avec les pieds que tu danses », dixit Lorent des Twin Twin. Et pour le coup, oui quand The Shoes entrent en scène tu te mets inévitablement à taper des pieds, tu shaker ton booty, mais la branchitude et la jeunesse dorée de La Rochelle, ça va cinq minutes, on s’échappe donc pour de la musique bien populaire. Un monstre sacré de la scène française, le meilleur pote de Papy Bertignac : Jean-Louis Aubert. Et, quand on le voit sur scène, on comprend pourquoi c’est un des meilleurs zikos de chez nous. Une présence et un charisme de folie, une banane d’enfer, pas d’économie d’énergie, les musiciens sont au même niveau que lui, et le public est absolument fantastique. Entendre 10 000 personnes chanter les titres du répertoire de Téléphone ou de Bertignac c’est quand même super impressionnant. Chapeau l’artiste.

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.