On y était : She Keeps Bees/ The Jezabels /You & You à la Flèche d’or

Ca fait un petit bout de temps que j’écoute en boucle le titre « Gimme » de She Keeps Bees, et de vous à moi je trouve un petit côté Cat Power chez la chanteuse qui me plait. Aussi, j’avoue j’étais bien pressée de voir la formation en concert puisqu’elle passait à la Flèche d’Or, le même soir que You and You et The Jezabels.

You and You prend de la confiance.

L’année dernière, dans le cadre de mes « rencontres avec les labels » j’avais demandé l’avis de M. Pampelune de Fargo au sujet du groupe. Il me disait à l’époque « Jolie voix, accent crédible, quelques compositions très accrocheuses, je les ai vus sur scène plusieurs fois. Ils leur manquent sans doute un peu de personnalité encore« . Je crois que désormais, il y a eu un vrai déclic, autant niveau musique que prestation scénique qui fait que désormais You & You possède sa personnalité. On glisse progressivement d’un folk-rock à un rock aux accents blues. Les morceaux sont liftés et se voient offrir une nouvelle vie. Quant à Felix, on sent que la confiance qui lui manquait sur scène est enfin arrivée, le garçon se lâche et prend définitivement du plaisir sur scène. Forcément on adhère.

She Keeps Bees…Cat Power en clean ?

Je me dis qu’un concert de Cat Power lorsqu’elle n’est pas dépressive et pas camée devrait ressembler à un concert de She Keeps Bees. Aussi bien physiquement que musicalement, les deux chanteuses se ressemblent. A la différence près que l’une est détendue sur scène, rigole, et se parle souvent à elle-même. Qu’elle soit a cappella, ou accompagné de son Homme à la batterie et son guitariste, l’effet est le même : on aime ce blues rock écorché, et cette voix qui parfois se brise. On aime aussi ce grain de folie qui s’empare de tout le groupe par moment. Voilà que je tombe amoureuse complétement de She Keeps Bees, et sans doute c’était la meilleure prestation de la soirée. Moi, je suis emballée, et pour sur, je parlerais assez souvent de ce groupe pour lequel j’ai eu un véritable coup de foudre.

The Jezabels, planant.

Un changement de plateau infinimement long a fait que malheureusement on n’a pas pu rester jusqu’au bout. Cependant, des quelques titres que l’on a entendu, on a été pas mal emballé. Des longues intros un peu à la Rapture, une voix qui fait planer, et des phases instrumentales délicieuses. On reviendra voir le groupe histoire de creuser un peu plus !

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.