On a écouté : El Camino, de Black Keys

El Camino…me gusta o no ?

Me voilà complètement décontenancée et très, très, très bah… emmerdée, il n’y a pas d’autres mots… Que penser d’El Camino des Black Keys ? A l’heure où je vous écris, l’album tourne en boucle dans mes oreilles depuis près de 3 heures, j’avais déjà commencé hier, et je ne sais absolument plus quoi penser…

Petit retour en arrière, les Black Keys il n’y a rien de mieux. Voilà, c’est un postula non négociable, ni réfutable ou argumentable lorsque l’on me connait un peu. Je ne les aime pas depuis 20 ans, mais je les aime violemment, ardemment, irrévocablement depuis que je les ai rencontrés pour la première fois au hasard de mon Ipod. Je me revois dans ma bagnole, en train de chercher dans les nouveautés ajoutées, il y a donc 3-4 ans de ça, et de tomber sur Attack and Release et de rester bouche bée comme une carpe tout en me disant : « mais Putain j’ai ça dans mon Ipod et je ne le savais même pas, mais c’est juste terriiiiiiible !!! » De là, a commencé une boulimie totale pour tout ce qu’ils ont pu faire, écrire, collaborer, les affiches de concert dans le salon, le fond d’écran de l’ordi, le désespoir d’un accouchement en février cette année m’empêchant de monter les voir à Paris en Mars (même si je me suis posée la question plus qu’un instant, oh il aurait eu 1 mois, il s’en serait pas rendu compte !)… Bref, une des plus belles histoires d’amour qu’il m’ait été donnée de vivre…

Les Black Keys sont les maitres absolus du rock sale que j’ai déjà pu évoquer au sujet des Kills, mais matinée de blues, de gimmicks old school, de paroles brutes et sensuelles. Leur duo guitare/batterie s’est pas mal enrichi de collaboration au fil des albums, mais il se suffit à lui –même, il est toujours aussi efficace, unique et reconnaissable parmi tous les autres. L’effet que leur musique provoque sur moi, en moi n’est pas descriptible dans un article possiblement lisible par ma nièce de 14 ans ! Ils me font chanter, sourire, pleurer, danser, hurler dans ma voiture, transpirer, m’alanguir, gémir, arracher mes sous-vêtements, avoir l’œil noir de désir, dire putaiiiiiiin dans un vieux soupir de plaisir, les Black Keys je vous l’ai dit il n’y a rien de mieux.

Après de nombreux débats je ne suis toujours pas vraiment capable de dire quelle est MA chanson préférée d’eux. Peut-être que l’album Magic Potion avec « You’re the One » est le gagnant ? Mais comment ne pas citer « Your Touch », « Girls on my Mind », « I Got Mine », « Strange Times », et plus de la moitié de l’album Brothers, enfin je ne vais pas faire un catalogue.

Il n’y a rien à jeter ou presque, et donc El Camino je l’attendais comme le messie, de teaser en teaser, les places de concert achetées depuis des mois, mon nouveau shoot, retrouver le goût du premier rail, sourire de bonheur toute seule dans le métro en l’ayant dans les oreilles…

Et bien voilà, El Camino est un excellent album, oui. Mais de qui ??? La voix de Dan est magnifique, elle a la part belle sur plusieurs morceaux, notamment sur « Little Black Submarines » en guitare acoustique pour une fois. D’habitude je m’attache d’abord à leurs mélodies, les textes viennent ensuite, là les paroles me frappent plus que le son, « She’s the worst thing I’ve been addicted to, I run right back, I run right back to her” ok on a envie d’être cette fille… « Lonely Boy » le premier extrait peut réveiller les morts surtout s’ils regardent l’excellent clip minimaliste et très dansant qui va avec! Les riffs de guitare sont efficaces mais où est la guitare sale ? La langueur du Sud, la touche 70’s, la sueur ? Le format se voudrait-il plus… j’en ai mal au ventre de devoir l’écrire… plus commercial ??? Ecoutable en radio ? Oui je bats la mesure du pied en écoutant « Gold on The Cieiling », j’ai déjà envie de reprendre le refrain avec les choristes mais pas de leur jeter mes sous-vêtements !!! « Dead and Gone » peut attirer ma curiosité, mais certainement pas me faire violer par mon voisin dans la fosse au Zénith et encore moins lui supplier de me tirer les cheveux… Dan et Patrick, helloooo, mais où êtes vous ???

Je m’arrête là, je raccroche le casque et je prie pour que le live en Janvier aide El Camino à trouver la flamme qui lui manque. Swann, on s’y retrouve quand-même ?! J’ai de l’espoir, je suis déçue par tous les albums de M quand ils sortent et pourtant je le vois autant de fois que possible dès qu’il tourne, et d’un seul coup ces albums prennent toute leur dimension sur scène. Et puis sinon, écoutons et consolons nous avec ce qui doit finalement être le vrai nouvel album des Black Keys, celui d’Hanni El Khatib, non ?

Prions donc Sœur Swann, por Favor El Camino…
Math La Lyonnaise

 

Advertisements

Une pensée sur “On a écouté : El Camino, de Black Keys

  • 12 décembre 2011 à 16 h 39 min
    Permalink

    Bon, bah je l’ai enfin écouté ce « El Camino »… Pour faire simple et concis (pas simple pour moi)…La première écoute m’a laissé clairement sur ma faim : effectivement où sont les guitares crasseuses, acérées comme des pics à glace… Ou sont les gimmicks crados et sexys (en musique ces termes sont complètement associables !!) Ou sont les chansons mid-tempos à l’ambiance un poil sombres….

    Bah, en fait les BK ont l’air heureux sur ce disque,c’est pêchu, c’est propre, c’est carré et c’est la tout le problème ! Tout cela est maitrisé et c’est ce que j’aimais sur les albums précédents…le côté sur le fil du rasoir, un peu bricolo-bricolette (exception faite de brothers qui fait un peu exception pour moi tant la délicieuse connotation 60ies est efficace)..

    L’album est pour ma part trop « produit » (le participe passé pas le substantif encore que…)… On y retrouve même des choeurs féminins sur plusieurs titres…. Des choeurs féminins….non mais ça va pas la tête, pas vous les gars !! Ok, il y a déja eu un titre par le passé avec une voix féminine, mais c’était un featuring de Jessica Lea Mayfield…. La on est dans le « Wouhouhou », « wahaha » hurlé à tue-tête comme sur un vulgaire Kaiserchiefs….

    Après, ça reste un bon album, les guitares sont là, les mélodies aussi mais sont-ce les conséquences d’avoir signé sur une major ou la présence trop importante de Danger Mouse aux manettes qui font que ce El Camino est paradoxalement un très bon disque de rock mais un mauvais Black Keys…

    Les gars, tout cela sent trop le savon et pas assez la foufoune pour reprendre une vielle expression télévisuelle…. Pat, Dan, prenez votre temps entre 2 albums y a pas de problèmes, annulez les prestations chez David Letterman et consorts, laissez vous (re)poussez les cheveux, la barbe, abandonnez les blousons de cuir trendy, ressortez les chemises crasseuses à carreaux et revenez à l’essence même de votre musique : de la sueur, de l’huile de vidange et de la spontanéité !!

  • 31 décembre 2011 à 18 h 27 min
    Permalink

    Cher Grumpy Bear, égoïstement c’est bon de savoir que je ne suis pas seule dans cette grande déception qui augmente d’ailleurs de jour en jour en lisant les critiques extatiques qui fleurissent sur eux dans n’importe quel canard musical ou non… Personne n’en fait la même analyse que nous et ça me sidère ! Soyons bons joueurs et souhaitons leur de kiffer cette belle réussite. Et puis pour nous, en ce dernier jour de 2011, je nous souhaite un autre album d’eux en 2012 mais un « vrai » album d’eux cette fois, et puis sinon de nombreuses réécoutes des premiers, la chaleur d’un bon vin chilien pour aller avec…
    PS: il faut que tu ailles lire mon profil et donc raturer ton commentaire pour en retirer la vieille expression télévisuelle ! Nan M. Grumpy ça va pas être possible…
    PS2: Et sinon, Dan il garde ses cheveux propres, sa barbe coupé de près et son sublime blouson en cuir cognac (très trendy le cognac en effet!), c’est pas parce qu’on a l’air plus lisse qu’on n’est pas le feu sous la glace, un vrai bon rockeur…

Laisser un commentaire