Les albums préférés de 2011 #2

Par Mathilde. 2011 se termine, si on regarde les infos on a juste envie de dire ok, adios, bon débarras 2011, casse-toi et ne reviens plus ! Cette pauvre année se finit dans une ambiance absolument catastrophique, en France, à l’international, et puis laisse une terre brûlée derrière elle, tout le monde a déjà le cafard car à « les » écouter, il n’y aurait absolument rien de mieux à attendre de 2012 ! Great…
Je déclare donc officiellement que je m’en fous, et que tout ça est une bonne raison pour s’enfermer chez soi, fermer la bulle, brancher l’ampli, et essayer de se souvenir quelles ont été les BO qui ont accompagnées nos plus belles journées cette année. Mon critère de sélection sera le nombre de fois que ces albums ont été écoutés dans leur intégralité, voilà comme l’a dit Swann, c’est un critère comme un autre et il n’y aura pas de préféré. Et puis il y a eu des albums encensés par la critique mais dont je suis au regret de dire que j’ai beau essayé, je n’arrive pas à adhérer…

Alors voilà 2011 ça a été bon pour ça en 10 albums (et non je ne sais pas compter/choisir/risquer d’en oublier !) :

Daniel Luppi and Danger Mouse – Rome


Définitivement une bande originale et pourtant il n’y a pas de film pour aller avec, c’est grandiose, c’est Ennio Morriconesque, c’est sensuel, c’est plein de formidables guests, Norah Jones, Jack White, un concept album qui a mon adhésion à 300%.

Metronomy – The English Riviera


Ok je ne fais pas de classement mais quand-même s’il ne devait en rester qu’un ce serait celui-là. Les débuts de soirée entre amis, l’électricité pour se chauffer avant de sortir, le coup de blues seule dans la voiture, la fin de la nuit quand tout est encore possible… The English Riviera est mon album de toutes les envies !

Real Estate – Days


C’est du soleil, c’est l’été en hiver, solaire est le terme approprié. La beauté des mélodies est surprenante, une seule écoute en entraine des dizaines d’autres, obligatoirement…

Miles Kane – Colour of the Trap


Alex Turner était le poète des Last Shadow Puppets, avec cet album on découvre que le vrai génie était peut-être Miles finalement et on ne l’avait pas vu venir sous ses airs de garçon sage dans l’ombre de M. Arctic Monkey. Du bon rock briton qui donne envie de sauter en l’air, de boire de la bière, de faire hiiiiin hin hin en chœur, ou de se laisser draguer en dansant un vieux slow de dancing des années 60. I Love you Miles, very much !

The Drums – Portamento

J’étais surfeuse blonde en Californie, flanquée de ma bande de potes hypes tous blonds et souriants en écoutant leur premier album. Ce second album sent moins la wax et le sable chaud et je suis dorénavant une amoureuse larguée mélancolique face à un paysage de campagne britannique sous la pluie… J’aime souvent changer de rôle and  I like it evenmore…

The Kills – Blood Pressures

J’ai déjà tout dit dans ma chronique concert sur mon amour pour eux et pour cet album, Swann a re-tout très bien dit dans son top albums, alors à quand le prochain Kills ?

Feist – Metals


Comme j’ aime tout ce que Feist a fait jusque là ce qui était possible avec cet album c’est que je n’aime pas car ça pouvait être une redite ou que je n’aime pas car ce n’était pas… une redite ! Et bien là où d’autres m’ont déçu cette année Feist a réussi le tour de force de faire un album qui lui ressemble tout en étant tellement différent des autres ! C’est plus rock, plus riches d’instruments et même sil elle y est moins mise en avant, moi je craque toujours autant pour sa voix.

Fink – Perfect Darkness


Fink fait partie de mes dieux alors peut-être que je ne peux pas être objective à son sujet ? Non je suis capable de mois m’enthousiasmer ou d’être déçue, je pense au Black Keys ou à Eels, je ne dis pas un grand OUI à tout… Perfect Darkness a pris vie en live pour moi et Fink en live m’emmène où il veut, des paroles comme des poèmes, la guitare virtuose et cette voix, mais cette voix… « Yesterday was hard on all of us » but you’re so good to me Fink.

James Vincent Mc Morrow  – Early in the Morning  


Tout pareil que Swann, on ne se connaissait pas encore toutes les 2 mais déjà il nous rapprochait en nous faisant pleurer comme des madeleines en concert chacune à un bout de la France… Un instant de grâce, un des plus beaux de mes concerts 2011.

The Black Keys – El Camino


Mais qu’est-ce qu’elle raconte la Lyonnaise ? Elle nous a fait 3 pages sur comment ses Keys chéris l’ont déçu avec cet album et voilà que c’est dans son top albums de 2011… Femme versatile la Math ? Naaaan, comme Swann oui je reste déçue, mais comme l’a très bien dit l’autre fan déçu qui a participé au débat, même si c’est un mauvais Black Keys, c’est un très bon disque de rock, et de loin le meilleur de 2011… et moi j’aime le rock… et même si c’est bien la première fois pour un album des Keys, je ne peux m’empêcher de chanter avec eux, donc top album bonne humeur.

Et puis en vrac, parce que quand-même c’est bon ça ! Hanni El Khatib – Will the guns come out, jeune héritier de mes Black Keys, Le Prince Miiaou – Fill the blank with your own emptiness, une jeune frenchy toute fluette qui rock avec sa guitare électrique et moi j’admire, Givers- In Light, parce que ça met une pêche d’enfer, The Strokes – Angles et The Arctic Monkeys – Suck it and see, bah oui quand-même, les légendes continuent, Cults – Cults un duo qui dépote, et She Keeps Bees – Dig On, vous lirez le pourquoi du comment dans les concerts à ne pas manquer en décembre !

Et puis les déceptions ou les rencontres loupées :

Izia – So Much Trouble


Là où on devait entendre parler de l’album de la maturité ou je ne sais quelle bullshit, et bien Izia tu as perdu pour moi tout ce que tu avais de mature justement, finis les divines influences 60’s 70’s et place au texte girl power jusqu’à overdose. Izia, ma fille, you’ve lost it…

Go Tell Fire to the Mountain – Wu Lyf

Je comprends rien à ce truc, je ne comprends pas quand ils chantent, c’est vraiment en anglais ? Il y  a pourtant tous les ingrédients de ce qui fait pour moi un album réussi, le son de guitare que j’aime et pourtant il ne se passe rien, ce truc là ne vient pas jusqu’à moi, rien à faire !

Et puis en vrac, Tamer Animals – Other lives, j’adore la folk donc je devrais adorer, j’insiste, je réécoute et bien j’y arrive toujours pas, et sorry Swann, mais même discours pour François and The Atlas Moutain – E Volo Love, vu en live et pas compris mais ça vient sûrement de moi ! Cat’s Eyes – Cat’s Eyes et Skying – The Horrors, comme c’est le même chanteur j’imagine que c’est normal d’aimer ni l’un ni l’autre, Fleet Foxes – Helplesness Blues, j’ai adoré celui d’avant, et bien pourquoi refaire exactement pareil mais en moins bien…

Advertisements

Une pensée sur “Les albums préférés de 2011 #2

  • 8 janvier 2012 à 15 h 48 min
    Permalink

    On sent la sincérité de vos réflexions.

    Je suis surement passée à côté de pleins de choses. Mais pas à côté de mon coup de coeur, sorti en catimini sans promo aucune en décembre, et difficile à trouver en librairie :

     » Choeurs » de Cantat, Falaise, Humbert, Mc Sween
    Pour les avoir vu en live (sauf Falaise, remplacé ce jour-là) au théâtre, c’était même encore meilleur sur scène. Rock étrange, aussi hypnotique et exigeant qu’un « Nous n’avons fait que fuir » de Noir Dez. Impression bizarre que des vers de 2500 ans puisse éclater sur une musique rock. Magnifique. Que je recommande aux curieux.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.