Les Victoires de la Musique, back to the Eighties ?

J’avoue je n’ai pas regardé les Victoires de la Musique. Parce qu’au lieu de criser devant ma télé, j’ai préféré danser à l’International avec Liza Manili. J’ai néanmoins suivi avec un intérêt la cérémonie via Twitter. Et j’ai quand même crisé. J’ai cru qu’une faille spatio-temporelle s’était ouverte et que l’espace d’un soir nous avions remonté le temps pour nous retrouver dans les années 1980. Nous sommes bien en 2012, mais cette année, les Victoires de la Musique ont décidé de récompenser massivement les Vétérans de la Musique. Ceux qui ne sont qu’écoutés que par nos parents, voire grands parents. Jean-Louis Aubert (qui ne sait visiblement plus chanter), Laurent Voulzy (qui nous fait toujours autant ronfler), Hubert-Félix Thiefaine (qui dit avoir 30 années à rattraper) et Catherine Ringer.

On me dit que je devrais me réjouir de ce palmarès. Qu’on récompense des monstres (huuum) de la chanson française, et que c’est l’ensemble de leurs carrières exemplaires qui est salué…Oups pardon, je pensais que les Victoires de la Musique récompensaient les meilleurs artistes de la saison écoulée. J’ai dû mal comprendre le règlement.

En réalité, les Victoires de la Musique est à l’image du mal dont souffre la musique en France : l’industrie musicale n’innove pas, elle s’enferme sur ses acquis. Elle a toujours deux guerres mondiales de retard. La preuve ? Elle consacre Orelsan révélation de l’année alors que le rappeur a déjà sorti deux albums. Heureusement il y a Justice (moins éléctro pourtant sur cet album), et Brigitte qui souffle un vent de fraicheur sur le monde tellement dépassé et déphasé de la musique. Non. Je ne réjouirais pas pour Izia. Faire du rock ce n’est pas gueuler dans un micro et lâcher des putains à tout bout de champs.

Pourquoi dans une cérémonie comme les Victoires de la Musique on ne retrouve pas des types comme Bertrand Belin ou Alex Beaupain, qui ont pour le coup eux produit de véritables bijoux musicaux. Où est donc passé Miossec ? Pourquoi ne parle-t-on jamais de Phoenix ? Pourquoi ne trouve-t-on pas François & The Atlas Mountains dans la catégorie Révélation ? Qu’attend-on pour parler de The Shoes ? Le Prince Miiaou ? Stuck In The Sound ? M83 ? De Woodkid qui a sans doute réalisé le plus beau clip de l’année 2011 ? Qu’elle est la subtilité qui m’a échappé dans le clip de « la Seine » de Vanessa Paradis et M ?

J’aurais même acquiescé sans broncher si Nolwenn Leroy été repartie avec une Victoire. Je crache très souvent sur son album qui n’a absolument rien de novateur (une bonne soupe même) mais au vu du nombre de vente d’album sur l’année écoulée, cela aurait été pour elle un juste retour des choses.

Mais, sans doute, n’ai-je rien compris…

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.