Et si on parlait un peu de soul ?

Alabama ShakesJ’aime la soul. Je l’ai déjà dit, je suis rarement nostalgique et jamais passéiste, mais je ne peux renier mon amour de la belle vieille soul (intitulé générique dans lequel vous pouvez caser aussi un peu de funk et de R&B pour être un peu plus précise). Je ne peux jamais m’éloigner d’un Otis ou d’une Aretha, j’ai eu la chance de voir sur scène feu Salomon Burke, la BO de Dirty Dancing fait partie de mes playlists honteuses, Marvin gaye et « Ain’t no mountain high enough » peuvent me faire pleurer de bonheur… J’aime la soul. Peut-être parce que c’est une musique qui prend tout son sens en live, seul indicateur de la qualité d’un artiste en ce qui me concerne. Mais en ce moment, il y a un vrai renouveau du genre et mon Ipod commence un tout petit peu à déborder. Certains apportent du neuf, tout en nous restituant ce que l’on aimait des anciens et mériteraient d’être un peu plus dans la lumière, d’autres n’apportent rien de nouveau sous le soleil, le buzz pour pas grand chose nous emmenant parfois à l’overdose. On vous aide à faire le tri ? Et puis à vous faire votre propre opinion avec quelques extraits même de ceux qu’on juge « out », on est bon joueur !

J’ai l’impression que tout ça a commencé avec Ben l’Oncle Soul il y a 2 ans, que j’ai adoré en un quart de seconde à la première écoute mais qui hélas, a depuis perdu de sa fraîcheur et de sa spontanéité, un peu comme un bon chewing-gum à la menthe mais trop machouillé donc presque agaçant à force… Peut-on vraiment envisagé un avenir et un second album dans la même veine pour Ben, la formule reprise de tubes rock en version soul est-elle déclinable à l’infini ? Bof, pas sûr, sorry Ben, je te classe dans les « out ».

Sensiblement à la même période est arrivé Aloe Blacc. Là on ne parle pas que de soul, mais de rap un peu aussi, de sample de James Brown judicieusement employé, c’est résolument moderne et surtout électriquement sexy ! J’ai pu voir des fauteuils littéralement s’embraser sous les fesses de certaines fans lors de son concert à Lyon, si, si je vous jure, je l’ai vu ! L’album est varié et les morceaux sont tous des hits, le titre « I need a Dollar » a mis tout le monde d’accord, personnellement mon coeur et mon corps s’enflamment sur « You Make me Smile« , he definitely made me smile… Aloe, classé dans les « in ».

J’ai ensuite préparé ma venue au Main Square d’Arras en 2011 où un certain Charles Bradley était annoncé.  Et là, la claque, THE man, Mister Charles Bradley please. Imaginez un sosie de James Brown, aussi bien physique que vocal et qui gagna d’ailleurs sa vie un temps en l’incarnant sur scène sous le pseudo de Black Velvet. Le type rencontre enfin le succès à presque 60 ans après une vie de galère, de jobs pourris, de drames familiaux, sujets souvent abordés dans ses chansons. Succés largement mérité, cet homme est la bonté et la générosité incarnées. Oui il a quelque-chose de James Brown, c’est indéniable, mais on n’est pas dans la copie, le flamboyant laisse ici place à l’humilité et à l’amour tout court. L’album No Time For Dreaming fut enregistré avec le Menahan Street Band, groupe instrumental absolument excellent, qui l’accompagnait également à Arras. La voix est déchirante, assister à un concert de Bradley est comme une messe gospel, on pleure, on danse, on répète avec lui ses prières, on en repart chamboulé, touché en plein coeur, et avec une furieuse envie d’embrasser tout le monde. Charles, classé dans les « in »! Les Lyonnais, Mister Bradley est le 18 juin au Kao, allez-y !

Le buzz du moment, Mickael Kiwanuka, album de la semaine sur Canal +, articles dans toute la presse féminine, mise en avant par Ouï FM pour sa colaboration avec MON Dan Auerbach des Black Keys. Vous ne pourrez pas dire que l’on ne vous en a pas parlé, voilà c’est chose faite… Ah, oui, ce que j’en pense ? Euh… NEXT ! La voix est jolie, la guitare est jolie, mais je reste de marbre, j’ai déjà entendu tout ça. Dan tu m’as fait une fausse joie, je ne t’entends pas sur le morceau et le jeune homme ne me chamboule pas. Mickaël, classé dans les « out ».

Début de hype en ce moment aussi pour Lee Fields. Petite recherche sur le net, une chanson dont le titre me trompe en me faisant penser à du Pink Floyd, « Wish you were here« , le type a un peu aussi un look à la James Brown, le Menahan Street Band à ses côtés aussi, la voix de je sais pas qui mais j’ai déjà entendu, tous les ingrédients sont là tant et si bien que sa soul est plus classique que de la soul classique. Je lui donne une seconde chance, non toujours pas, je baille, l’émotion ne prend pas, je zappe. Sorry Lee, tu arrives après Charles et pour moi, tu n’en as ni la chaleur, ni l’émotion… Lee, classé dans les « out ».

AND THE WINNERS ARE ?… Alabama Shakes !!! Haut la main, loin devant tout le monde, champion toute catégorie, et avec une fille à la tête du groupe, non pas que ce soit un gage de qualité, mais cette fille là, elle a une voix grave comme un mec mais surtout elle déchire !!! Leur style ne sait pas s’il doit pencher du côté de la soul ou du rock. C’est original et frais bien que définitivement rétro, superbe paradoxe, mélange improbable et hautement réussi. La voix de Brittany Howard est reconnaissable parmis toutes, elle te prend aux tripes et t’embarque loin… Elle signe la singularité du groupe et rend encore plus intense la beauté de leurs morceaux. Leurs prestations live ont déjà beaucoup fait parler d’eux, MTV les a classés dans sa liste des 11 artistes à suivre en 2012, l’album Boys and Girls vient de sortir, voilà, tout est dit. Alabama Shakes, classé dans les « in » et en n°1! Ils seront à Musilac cet été et surtout le 2 Mai à la Flèche d’or.

Advertisements

Une pensée sur “Et si on parlait un peu de soul ?

  • 11 avril 2012 à 9 h 27 min
    Permalink

    Je me rends compte avec horreur que j’ai oublié Raphael Saadiq, dans les « in » of course, mais cherchez le live report de Lamiya et vous saurez tout sur lui !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.