Carton plein pour Fnac Live 2012 !

Il n’y a jamais eu autant de monde sur le parvis de l’Hôtel de Ville pour le festival Fnac Live (ex Indétendance). Il faut dire que cette année les organisateurs avaient mis les petits plats dans les grands. Découverte, coup de cœur et coup sûr, Fnac Live proposaient une affiche qui intelligemment dosé.

Jeudi

On commence fort : Lescop ouvre l’édition 2012. Bel entrée en matière, la nouvelle signature de Mercury est la sensation du moment. Chef de file de ce qu’on pourrait appeler « la pop noire », Lescop vient présenter les titres de son EP paru il y a quelques semaines. Une voix profonde à la Etienne Daho, des mélodies sombres entre punk et new wave, Lescop nous ramène quelques années en arrière. Son tube « La Forêt » envoûte, son titre « Tokyo, la Nuit » se révèle être brutale et sexy. Son album devrait paraître au mois d’octobre prochain. A surveiller de très près.

Les suivants à monter sur scène sont François and The Atlas Mountains qu’on ne vous présente plus. Les garçons sont toujours aussi en forme, on craque toujours autant pour leur pop joyeuse et tribale. On aime chanter avec eux « Soyons les plus beaux », ce titre qui accroche le cerveau et qui ne nous quitte plus. Suivent Disiz et 1995, qui ont bien chauffé à blanc le public de l’Hôtel de Ville. Irma vient apporter un peu de douceur et de féminité sur cette programmation très masculine. Charlie Winston clôture la soirée, des tubes en pagaille. Il commence sur « Hello Alone« , termine sur le mondialement connu « Like a Hobo ». Ca danse, ça chante, ça lève les bras le public est plus que comblé. Et gaté ! Puisque l’Anglais s’amusera à distribuer des chapeaux à l’assistance.

Vendredi

C’est la très étrange et fort sympathique Christine & The Queens qui ouvre le bal. Elle se présente seule sur scène avec seulement un MAC qui l’accompagne. Une scène immense qu’elle habite parfaitement. Si la jolie Christine chante, elle danse aussi merveilleusement bien, se déplace comme un chat et possède littéralement la scène. Tout comme We Were Evergreen. Le trio a pris en assurance et ça se sent. Leur musique à évoluer dans le bon sens, de telle sorte que maintenant interdiction formelle de les comparer avec Cocoon ! Inventivité musicale qui n’a pas son pareil actuellement sur la scène française. Une joyeuse électro-pop-folk fraiche et irrésistible. Impossible de ne pas craquer. Tout comme il est impossible de ne pas craquer pour Mina Tindle. Sensation du moment, la belle n’a pas fini de faire parler d’elle. Comme quoi folk is not dead. Après la douceur place à la folie avec Naive New Beaters qui ont décoincé le public de l’Hôtel de Ville et l’ont bien chauffé. Pony Pony Run Run et La Grande Sophie n’avaient donc plus grand chose à faire !

Samedi :

La grosse attente de ce troisième jour était bien évidemment Alt-J. Le groupe est sur les lèvres de tout les hipsters de Paris, et le titre Breezeblocks dans tout leurs Ipod. An Awesome Wave est sans doute l’album de cet été. Déboulé de nulle part, ce groupe d’anglais a fait une irruption fracassante dans le paysage musical. New-folk, harmonies vocales intenses, beat hip-hop, Alt-J (le raccourci qui permet de dessiner des triangles sur MAC) mélange tout, et fait fi de toutes les règles musicales. Les mélodies sont assez imprévisibles, n’ayons pas peur de le dire parfois bizarre, totalement bricolés, mais d’une redoutable puissance. Sensuel et planante. Sur scène, c’est vrai il ne se passe pas grand-chose, mais en réalité on s’en fout, on ferme les yeux et on est ailleurs. Loin, très loin. Ils seront au festival des Inrocks en novembre prochain, un rendez-vous à ne surtout pas manquer.

L’autre grosse attente de cette journée était sans doute Rover. Omniprésent ces derniers-temps le garçon a une nouvelle fois fait l’étalage de tout son talent. Il impressionne avec sa voix qui navigue entre les notes les plus graves et les plus aiguës. On retrouve également Revolver ce jour-là, pour un set express, 5 titres, mais de hautes qualités ! « Let Go« , « Wind Song » a « Get Around Town » ont largement suffi à faire danser le public très nombreux encore une fois. Dominique A a éclaboussé les spectateurs de toute sa classe, Arthur H a fait sensation avec cette voix de velours si sensuelle. Don Rimini fermait le rideau.

Dimanche

 Repos pour moi. A un moment, après plus d’un mois de festival…le corps dit stop !

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.