Ben Mazué : « Camille et Oxmo Puccino sont des labos vivants »

Dans un coin du patio des Francofolies de la Rochelle, j’ai rencontré Ben Mazué. Rappeur acoustique, un ovni du hip-hop qui mélange rap et chanson française. Le garçon aime mêler les deux univers, j’ai décidé donc de parler de ça avec lui en le soumettant à mon jeu préféré : les duels musicaux.

 Marvin Gaye vs Otis Reading

Ce n’est pas tellement différent. C’est même carrément la même veine. Je dirais plus Otis Reading, parce que quand j’étais petit, les albums que j’avais de Marvin Gaye étaient beaucoup moins accessibles. Et puis, j’étais plus sensible à Otis. Ca a changé un peu après. Mais ce n’est pas des influences… A vrai dire je ne sais pas si on est influencé par la musique quand on fait de la musique. Je pense être plutôt influencé par plus d’éléments extérieurs à la musique, les gens, les situations,  les œuvres, le cinéma. L’humeur.  Avoir un modèle c’est toujours inspirant, mais c’est un peu à double-tranchant parce qu’il ne faut pas trop s’en approcher.

NTM ou IAM

Quelle question ! Je suis arrivé à NTM assez tard. J’y suis venu avec le documentaire Authentique (Un an avec le Suprême] d’Alain Chabat. Sur la tournée de 1998. J’ai fait ensuite un retour en arrière. J’ai découvert par le bout mais j’ai bien aimé. Je dirais donc NTM.

1995 ou Orelsan

 Je dirais Orelsan, parce que je le suis depuis plus longtemps. Il a une histoire et un background un peu particulier. Mais 1995 ce que j’ai chez eux c’est qu’ils ont réveillé le hip-hop de ces années-là. Ils sont jeunes, frais.

Brassens ou Brel.

Je suis beaucoup plus sensible à Brel. Dans l’interprétation, le phrasé, le flow. Je ne suis pas du tout un grand fan de Brassens. Il y a des légendes comme ça qui ne me touchent pas. Je sais que ce n’est pas très correct de dire ça, je le respecte bien sûr, mais je ne suis pas touché. J’adore ses textes, mais je n’écoute pas trop ses chansons.

Alain Souchon ou Goldman.

(rires). Souchon, parce que c’est un réconciliateur. Parce que tout le monde aime Souchon jusqu’au plus gros hipster. C’est un type qui peut faire la couv des Inrocks aussi bien que celle de Télé Star. Cette réconciliation c’est ce que j’aime chez lui. Moi aussi j’aime réconcilier les gens. Il y a dans ses chansons une sorte de militantisme sourd. Derrière, il y a des messages fort qui sont véhiculés. Comme dans la chanson « c’est déjà ça ». C’est très militant.

Camille ou Pauline Croze

(Long Silence) Camille c’est un électron libre qui révolutionne la musique, et qui prend des risques à chaque album. Le fait qu’elle n’ait aucun modèle à part Michael Jackson donne l’impression qu’elle est un modèle en soi. Camille, c’est un labo vivant. Pauline Croze, c’est plus ma fibre, ma veine. C’est ce que j’aime. J’aimerais bien chanter avec Camille…on aimerait toujours avec les légendes.

Madjo ou Nadéah

Je dirais plus Nadéah, parce que Madjo c’est plus une solitaire dans sa manière de vivre la musique. Il y a un vrai rapport direct entre elle et sa musique, dans lequel je n’ai jamais été convié. Bien sûr moi-même je me suis senti invité mais jamais convié.  Avec Nadéah on a vraiment mêlé nos univers. On a eu cette proposition dingue de faire un concert unique pendant lequel on mélangeait nos deux groupes et nos set-lists pour faire un spectacle commun. C’était un projet ambitieux, pas simple du tout faire, mais quel bonheur à réaliser au final. Je n’avais jamais joué en duo comme ça sur tout un concert. C’est extrêmement agréable parce que tu te sens dix fois plus fort.

Ca ne frustre pas qu’il n’y ait pas de deuxième fois ?

Bien sûr, mais mieux vaut être frustré que déçu. Et puis, il y avait les Francos juste derrière. Une belle fête, c’est un moment exceptionnel. C’était une plutôt bonne dynamique.

Barbara ou Juliette Greco

Je connais très mal Juliette Gréco, donc je suis obligée de dire Barbara. C’est étrange ce que je vais dire, mais ce que j’aime chez Barbara c’est un peu comme avec Orelsan. J’aime cette précision dans l’écriture, sa vision des choses. Regarde ses chansons sur les voyages, ou sur la première fois, les premiers amours,  ce sont des textes qui sont inimitables. Elle est extrêmement bonne auteure.

Oxmo Puccino ou Grand Corps Malade

Oxmo évidemment. Je connais Oxmo depuis les premiers albums. Il est là depuis longtemps. 1994 je crois, et il est encore là. Je l’ai toujours écouté. C’est rare les artistes qui ont évolué dans le milieu hip-hop qui continuent à marcher et à produire. C’est extraordinaire.  Grand Corps Malade ce n’est pas du tout la même fibre. Il est arrivé avec un concept nouveau, mais pour moi c’est beaucoup plus de la chanson. Je trouve ça très respectable aussi, mais j’y suis moins sensible. Je disais que Camille c’était un labo vivant. Oxmo c’est pareil. Il est fort Oxmo

Jay-Z ou Kanye West

Kanye West. J’aime bien le côté incruste de Kanye West. Le mec vient toujours faire un featuring quelque part. Dès qu’il y a un bon morceau, il est là. Et puis ses albums à lui sont toujours très conceptuels, très intéressants. Et puis il a participé à donner au rap un peu plus d’élégance. Jay-Z  aussi… C’est dur comme question…En fait, je vais dire les deux. Pour Watch The Throne !

 Janis Joplin ou Joni Mitchell

Je connais très mal Joni Mitchell… Mais je suis un grand fan de Janis Joplin. J’aime les gens qui chantent comme si c’était la dernière fois qu’ils le font. Même en studio. Je serai toujours sensible à ça. Et puis, c’est la chanteuse préférée de mon père. Elle m’a totalement bercé.

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.