Coup de gueule : Quand prendre des photos de concert devient une mission

Je ne me prends pas pour une photographe de concert. Loin de là. Sur RockNfool on prend des photos pour le plaisir. Parce qu’on aime ça, et parce que quand on en réussit une on est vraiment super fières de nous. Pour faire court, on adore essayer d’en prendre, avec notre matériel de gueuses et notre statut de « non-photographe au tee shirt noir ». Mais souvent, certaines choses ne cessent de nous compliquer notre existence et notre plaisir.

 
1. Quand il n’y a pas d’endroit désigné pour les photographes
C’est bien pratique les crash barrières, il faut se le dire. Cet espace protégé dans la fosse aux pieds de la scène. Bon certes tu n’as pas 10 mètres de largeur et de recul, mais tu te sens quand même vip, de mouvoir à ta guise, sans être écrabouillé par une foule en délire. Tu as de la place pour lever tes coudes, tu n’as pas une mèche de cheveux devant ton objectif de ta voisine devant. Bref c’est vraiment pratique. Quand il n’y a pas, surtout dans une grande salle, tu te dois d’arriver à l’heure d’ouverture de la salle, et d’attendre bêtement. Sauf si tu te sens de doubler tout le monde avec honneur et classe, genre « c’est ta mission ».

 
2. Quand tu n’es pas grand(e)
Quand il n’y a pas de crash barrière, et que tu n’es pas grand, c’est une montagne que tu dois surmonter. Non seulement tu n’as pas accès à l’avant de la scène, mais où que tu te mettes, tes bras ne sont pas assez longs pour pouvoir espérer prendre une photo correcte. Où que tu te places, sur un bout de barrière, sur une mini marche, sur la pointe des pieds, tu te fais « couiller », pardonnez moi l’expression. Déjà pour voir la scène c’est chaud (mais tu y arrives en tournant ta tête à 31 degrés à l’est, en visant entre les gens qui se dandinent devant toi), mais pour prendre des photos ça devient très vite un enfer.

 
3. Quand le groupe se chauffe sur les trois premiers titres
La règle c’est souvent : 3 titres, sans flash. Okay pour le flash, ça me paraît plus que logique, d’autant plus que les photos de concerts avec flash sont laides à mon goût. C’est pas ma came. Mais il faut se l’avouer, en général les trois premiers titres sont pas les plus transcendants  L’artiste commence son concert, il y va en douceur. Il n’est pas encore forcément à 100%, et ça se voit sur les photos. Il est statique et ne fait pas des mouvements trop chouettes pour donner à ta photo l’originalité qui fait tout.

 
4. Quand le mec des lumières se chauffe les poignets
Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais en général, et je l’ai encore vérifié la semaine dernière, les lumières c’est jamais ça pendant les débuts de concert. T’as la nette impression que le mec se teste, que des spots bleus sur un fond bleu c’est bien, surtout quand l’artiste aussi à le droit à son spot bleu sur le visage. Quand au deuxième titre t’as le droit aux spots rouges, tu as toujours l’espoir que le troisième titre sera le bon. Et puis tu te dis que forcément le mec est parti de sa cabine, que ce n’est pas possible. C’qui m’énerve encore plus, c’est que passés ces trois premiers titres, bizarrement le mec est revenu et fait péter les spots trop beaux. Mais toi, tu n’as plus le droit de prendre de photos bien sur. Alors tu regardes et tu fulmines.

To be continued…

Advertisements

Une pensée sur “Coup de gueule : Quand prendre des photos de concert devient une mission

  • 31 janvier 2013 à 16 h 06 min
    Permalink

    C’est toujours le même soucis concernant les trois chansons. Les photographes râlent souvent à propos de ça mais il faut penser aux spectateurs qui ont payé leur place et qui sont gênés par certains photographes qui se croient tout permis et n’hésitent pas à monter sur les crash-barrières ce qui gêne fortement le spectateur. Si cela devait durer plus de trois chansons, ça deviendrait insupportable. ( Je re-précise bien que je ne fais pas une généralité à propos des photographes)

  • 4 février 2013 à 23 h 32 min
    Permalink

    Que c’est bien vrais tout cela………………………………………. ;-))
    @ Zeemie : c’est parceque il n’a que trois chanson que le photographe fait le cirque………… Il n’a pas le choix quand on a un concert en entier déjà on se déplace on change les angles de PDV on a des phases d’observation pour trouver les tics et mimiques donc on cour pas on ne stresse pas on a tout le temps pour soigner son boulot et on fait chier personne………………..

  • 6 mars 2013 à 17 h 47 min
    Permalink

    Pas facile tout ça…
    Je me posais une question depuis quelques mois, peut-être pourras-tu y répondre?
    Au concert de Florence and the Machine au printemps dernier, je prenais des photos depuis la fosse. Pas de flash, bien sûr (beurk, quelle idée), pas montée non plus sur les épaules de mon copain, non rien, juste immobile et statique au milieu des autres spectateurs. Honnêtement je ne gênais personne (je précise que j’avais mon reflex, mais il n’était pas bien impressionnant ce jour-là, car j’avais mon petit objectif 50mm, bref, l’ensemble était gros comme un bridge, on était loin des gros machins des pros). Un des videurs est venu me demander de ranger mon appareil, car je n’avais « pas le droit » de prendre des photos… Gros sentiment d’injustice, là, quand même, parce qu’autour de moi, ça mitraille à tout va (au reflex pour certains, également)… Malheureusement pour moi, j’étais la plus près du videur.
    Alors, vrai ou pas vrai? C’est quoi le critère pour décréter que quelqu’un a le droit ou non de prendre des photos? La tronche de l’appareil photo? Ca me semble un peu arbitraire…

  • 6 mars 2013 à 17 h 50 min
    Permalink

    Hello,

    Alors en fait, normalement seules les personnes accréditées et possédant un pass photo ont le droit de prendre des photos dans les salles de concerts. Ceux qui mitraillaient aux reflex devaient être des photographes de concerts. Normalement hein !

  • 6 mars 2013 à 18 h 17 min
    Permalink

    Ok… Donc les gens qui prennent des photos à l’Iphone sont également « hors la loi », si je puis dire…? Concernant ceux qui photographiaient au reflex, il y avait des gens lambda qui le faisaient, tout autour de moi. C’est inévitable, vu la démocratisation de ce type d’appareil…
    En tout cas merci pour ta réponse rapide!

  • 16 mars 2013 à 0 h 34 min
    Permalink

    En fait on considère que les photos à l’iPhone ou avec des simples appareils numériques ne feront de toute façon pas d’assez belles photos pour espérer en tirer profit.
    Quant à ceux qui ont réussi à entrer avec leur Réflex c’est à leur risques et périls. On m’a déjà demandé de le laisser en consigne au Zénith de Paris et vu l’état des consignes c’était hors de question. Mais comme disait Swann, tu pourras reconnaître un mec/meuf accrédité(e) pour prendre des photos si au bout de 3 titres il n’est plus là (sauf cas exceptionnel de photographe officiel du groupe ou autre). Ceux qui poursuivent pendant tout le concert sont vraisemblablement des lucky guy qui ont du cul de ne s’être pas fait griller par les vigils.
    Dure vie …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.