On écoute en boucle : Loma Vista de Family of the Year

C’est un deuxième album éblouissant que nous a proposé Family of the Year l’été dernier. Depuis que je sais qu’ils viennent se produire à Montréal le 3 mai prochain au Club Lambi, j’écoute en boucle cet album qui a première vue ne m’avait pas forcément séduite.

J’avais l’impression (mauvaise) d’entendre une espèce de chorale à l’unisson sur de la musique peace and love. Et puis, quand un album est sur ton mp3 tu as beau ne pas avoir accroché, tu retombes sur certains titres quand tu ne t’y attends pas. Et tu fais plus attention.

J’ai tout de suite aimé « Hero« , un slow simplissime, mais d’une douceur dramatique. Ca te fout des frissons partout. Puis j’ai eu un énorme crush pour « Hey Ma« . Non pas parce que j’ai l’impression qu’ils disent « Emma » mais parce que je me languis de la montée en émotions qui m’arrache toujours un petit bout de coeur vers les 2 min. Ces deux chansons sont clairement mes favorites.

Sur la troisième marche du podium on retrouve « Everytime » et ses passages guitare sèche enchaînés à un refrain rythmés de grosse caisse profonde. Allié à des paroles pragmatiques d’une réelle beauté. Peut-être en ex aequo, « Never Enough » et les promesses d’un mec à sa copine sur fond d’une mélancolie et de regrets palpables.

« St-Croix » et ses rythmes des Caraïbes, « Diversity » et ses aires de fête étudiante, « In the End » et sa pop-percu entraînante …

Les percussions et les voix, la légèreté apparente des mélodies et la force émotionnelle des paroles, tout ça amené par un son plein, consistant mais intelligemment bien dosé. C’est pop-californien oui. Mais pas que ça. C’est de l’énergie et une solidité musicale qui créer un son propre. Un son reconnaissable. Une patte. Celle de Family of the Year.

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.