On y était : Sixto Rodriguez au Zénith de Paris

LIVE-REPORT – Sixto Rodriguez était à Paris pour une série de concert. Rocknfool y était.

On est sorti bouleversé du concert de Rodriguez au Zénith. Mais pas pour les bonnes raisons. Ce mardi soir, c’est avec le soutien de sa fille qu’il entre sur scène.

Il est 20h30 et premier pincement au coeur. L’homme est quasi-aveugle et ne peut se déplacer seul. Installé derrière son micro sur une scène beaucoup trop grande pour lui, le concert  Sixto Rodriguez  peut commencer. Le singerprotest au chapeau noir et aux éternels lunettes fumées débute son set avec « Climb up on my music« . On n’entend pas la guitare sèche. Elle est noyée sous l’électrique et la batterie.

Plus tard, on se surprendra à penser que c’est finalement mieux de ne pas l’entendre… Parce que Sixto oublie les accords et joue un peu n’importe quoi. Dans l’euphorie d’une interprétation touchante mais ratée d’Unchained Melody, la sangle se détachera et la guitare tombera. Et puis la voix fatiguée du chanteur ne suit pas. Parfois il marmonne plus qu’il ne chante. Surtout il chante à son rythme et ses musiciens peinent à le suivre. Le public rigole, l’imite. Un homme se bouchera même les oreilles quand la star reprendra « Blue Suede Shoes« .

Plus le set avance plus le Zénith se vide. Les gens étaient venus pour « Sugar Man« . Une fois la chanson -interprétée dans la difficulté -terminée, ils partent progressivement. Pourtant, le set n’a pas duré longtemps. Une petite heure, un set raccourci par rapport à la première date, celle du lundi. Des mauvaises langues se moquent « mercredi, il ne jouera qu’une demi-heure. C’est suffisant.»

Les encouragements de la salle sont timides. On est mal à l’aise, on a mal pour lui de le voir aussi faible. On est heureux et triste devant le spectacle, et on énumère toutes les raisons de ne pas le faire jouer. : l’homme est vieux, malade, fatigué, et manque clairement de préparation. Mais malgré lui, il est devenu une légende et une légende doit se montrer…

Sixto Rodriguez Sugar Man

Il a fallu quelques mois et un docu oscarisé pour que le Sugar Man sorte de l’ombre. Sugar Man c’est Sixto Rodriguez, un folkeux des années 60 devenu légendaire malgré lui. Oubliés de tous sauf des Sud-Africains, les portes de la célébrité et de la gloire s’ouvrent enfin à lui à 70 ans. Une bien belle histoire comme il en existe qu’aux Etats-Unis. La belle histoire devait se terminer sur scène. En live. Dans des salles archi-combles. Quelques dates sont annulées. Celles de Paris sont maintenues : deux Zéniths, une Cigale.

On se met à rêver. Sixto, le légendaire en vrai en chair et en os… Et en fatigue. Trop d’attentes irraisonnées pesaient sur ses frêles épaules de vieux monsieur malade et aveugle. A force de se projeter dans le passé, d’écouter ses deux fabuleux albums d’une autre époque, on a oublié que Sixto Rodriguez n’était pas un jeune folkeux de 25 ans, mais un homme de 71 ans qui n’avait plus véritablement chanté et joué devant un public.

Evidemment, le concert n’était pas à la hauteur de nos démesurées espérances. Certains auraient préférés ne pas assister au triste spectacle, histoire de garder la belle image qu’ils s’étaient construites mentalement de lui. Une image de jeune contestataire, celui qui a écrit Cold Fact et Coming From Reality.

A la recherche du temps perdu

Mais, étrangement on est aussi heureux de voir qu’à 70 ans l’homme a enfin la reconnaissance qu’il mérite. Il avait l’air d’être content d’être sur scène. Il était encore un peu bourré (mais le bourré chic) c’est vrai. Il a bousillé ses morceaux. Certes. Il avait l’air d’un enfant qui découvre sa guitare le soir de Noël. Oui. Mais n’est-ce pas ça l’histoire du rock et du folk aussi ? Lou Reed ou Bob Dylan ne font guère mieux aujourd’hui. A la différence que Sixto n’a pas le passé musical des deux autres papys.

On lui a volé son histoire et aujourd’hui il rattrape le temps perdu. Sixto s’est fait plaisir et n’a cessé de répéter que les Parisiens étaient « so sweet ».  Au final, c’est peut-être ça le plus important. Pas le concert catastrophique. Pas nous. Lui.

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.