La fille qui ne voulait pas aller à la fête de la musique

21 juin. Pour fêter l’été on repassera. Par contre c’est bien la fête de la musique et celle-là quoiqu’on fasse, on n’y échappe. Comme chaque année pourtant les éléments font en sorte que la journée soit annulée. Il pleut, il fait moche. Étrangement c’est le jour où t’as le plus de taf et le jour où rien ne marche. T’as vu comment ton pc rame ? Oh merde une panne d’électricité. Tu comprends que c’est un signe du destin : 1. pour ne pas jouer ce soir si tu joues 2. pour que tu rentres chez moi après le taf, parce que t’as passé une journée de merde à courir derrière des informaticiens pour réparer le couac. Ta journée est finie. T’as vaincu les éléments et tu te dis « on fête la musique qu’une fois, alors autant il y aller« . En vrai, t’as possibilité de fêter la musique everyday vu le nombre de concert qu’il y a tous les jours toute l’année (sauf si tu habites à Tulles et là je m’excuse. Private Joke).

Première interrogation ! Où aller ? Le problème, c’est que t’as tellement de spots que tu ne sais pas trop ce que tu dois aller écouter.  Jordan 14 ans avec son ukulélé fisherprice qui joue des reprises de Bob Dylan ? Marcel, 65 ans qui pense que ZZ top a volé sa carrière ? Les potos de la fac qui chantent des chansons contestataires contre la fin dans le monde et la légalisation du cannabis (ouh yeah man)? La soirée France 2 avec tous les artistes ChérieFm/Nostalgie ? Pourquoi pas bouger un peu partout ? De toute manière ça dure toute la nuit. Armé de ton guide Fête de la Musique tu entoures en rouge les meilleurs soirées. Tu lis rapidement les notules  » 20ème : MachinChouette présente ses nouvelles chansons influencée par Radiohead et Nirvana… » Ça à l’air pas mal comme ça. Mais à fuir. Tu te retrouves avec un groupe de mecs largués habillés comme Kurt Cobain aussi bien rasés que Thom Yorke chantant des chansons dans un anglais très approximatif sur des compositions…disons expérimentales (pour ne pas dire qu’en fait c’est du bruit). Opter donc pour Montmartre. Rue Lepic, il se passe toujours quelque chose. BoomBoomBoomBoom… Oh ! Rave Party organisée dans la rue qui dure jusqu’à trois heures voire quatre heures du matin… Pour le plus grand bonheur des voisins qui sont tous devenus sourds et des voitures qui ont toutes leurs toits affaissés à cause des connards fêtards qui sont montés dessus pour danser.

Il est minuit passé, tu n’as rien entendu de bien. Par contre, tu t’es fait arrosé de bière mille fois par des gamines de 15 ans en mode « Wooo viens on fait comme dans SpringBreak? », t’as failli de battre trois fois déjà et des gros lourdos très alcoolisés et enfumés ont essayé de pécho ton numéro mille fois. Finalement tu rentres chez toi. Il est une heure du mat. Tu es de mauvaise humeur parce qu’il y avait trop de monde dans le métro. Tu sens mauvais, tu as mal au crâne à cause de toute la mauvaise musique que tu as entendu. Tu rêves d’une aspirine, d’une tisane et d’une douche. Surtout tu te promets que l’année prochaine on ne t’y reprendra plus. Une fois dans ton lit, tu lâches la pression…

« Mooooooooi qui l’aimais tant, je le trouvais le plus beaaauuuu de Saint-Jean, je restais grisée sans volonté sous ses baiseyyyy« .

Merde, ta fenêtre donne sur le troquet où Micheline et son mari ont décidé de pousser la chansonnette.

Sinon, tu peux quand même aller Place Denfert-Rochereau pour écouter de la vraie bonne musique labellisé le Fair et Ricard S.A Live avec Stuck In The Sound, Aline, Hyphen Hyphen et Sarah W. Papsun… et contrairement à ce qu’on écrit les stagiaires de Libération (décidément) ces derniers ne se retrouvent pas après 10 ans de séparation.

libe

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.