On a écouté : Le Printemps de Bensé

Il est enfin là, sorti lundi dernier, le nouvel album de BenséLe Printemps est le fruit de nombreuses années de travail, mais aussi de voyages et de rencontres. J’avais eu la chance de l’entendre presque avant tout le monde, lors de son passage par les contrées Bordelaises à la fin du printemps. En guitare-voix. Et forcément, ça avait fait son petit effet : une impatience énorme d’avoir enfin la galette entre les mains.

Et pourtant, voire paradoxalement, j’avais comme un mauvais pressentiment. Après avoir tant aimé et écouté son premier Album, le risque de la déception était là. Et son EP paru en début d’annéeLes filles du printemps, avait en quelque sorte ravivé ces craintes. On l’y avait découvert davantage adepte des claviers et des arrangements soignés que des instruments acoustiques et des enregistrements à l’arrache de la voix de sa grand-mère.

Mais, OUF, rassurez-vous : on a ici bien affaire à Bensé, premier du nom. Les textes sont toujours minutieusement travaillés, calibrés, ciselés, poétiques, avec ce soupçon d’humour qui fait tout le charme de la chose. Les mélodies sont fines, belles et pour la plupart radieuses. Certaines anciennes compositions auront d’ailleurs trouvé une deuxième jeunesse, à l’instar de « La Tempête« , « Dans Mon Réduit« , ou encore de l’excellente chanson d’ouverture « Le Vent Se Lève« . On prend vraiment plaisir à écouter cet album, dont on regrette que la sortie n’ait été possible qu’à la toute fin de l’été.

Oui, mais.

Fallait bien qu’il y ait un « mais », de toute façon.

À la première écoute, je n’ai pas retrouvé dans cet album la spontanéité et le petit grain de folie qui exhalaient de son premier essai. La faute, sans doute, à ces arrangements, cette production (qu’il n’y avait pas forcément sur le premier). Ce qui m’avait justement chagrinée sur l’EP s’est donc confirmé sur le long format. Le fond est vraiment bon, mais la forme nous donne comme une impression de trop. Ou de pas assez. Trop de travail sur les arrangements, pas assez de simplicité. Trop de manières et d’effets de voix presqu’inutiles, pas assez de naturel. Tout ça part un peu dans tous les sens, et empêche peut-être de vraiment apprécier cet album à sa juste valeur. Du moins à la première écoute.

Parce que franchement, à la seconde, on n’y fait plus attention. On n’hésite pas bien longtemps avant d’appuyer sur repeat.

Top 3 : Quelle Année! , Mes Baisers , Aux Caprices d’Eole , Jasmin. Ça fait quatre, et alors ?

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.