On y était : We Are Match au Café de la Danse (Fair Party #2)

La salle s’est tout à tout comblée dans chacun de ses recoins, elle qui était déjà bien remplie après la première partie délivrée Radio Elvis. La deuxième Fair Party battait son plein quand les cinq chatons de We are match ont débarqué sur scène, sourire aux lèvres, griffes acérées.

we are match

Pas le temps de réfléchir, on est très vite emporté par leur propagation d’énergie – c’est simple, ils tiennent très peu en place –, et leurs compos, jouées ce soir-là dans le cadre de la release party de leur nouvel EP. Pour être tout à fait honnête avec vous, je n’avais pas particulièrement accroché lors de mes écoutes en ligne. Mais comme on dit, il n’y a que les abrutis qui ne changent pas d’avis. Ou alors, d’un ton pédant : tu sais Jean-Émile, le live n’a rien à voir avec la version studio.

Le pire, c’est que tout ça est vrai. Sans tourner autour du pot 10 h, une chose simple à avouer : j’ai kiffé We Are Match. Leur set était intelligent (on me dit « malaing » dans l’oreillette), exécuté avec talent, ne cédant quasiment aucun temps mort (petite pause sur le 1er bis, avec une version acoustique de Radical, assez sublime). Leur musique est leur, bien qu’on retrouve par instants des airs de Phoenix, d’Alt-J, Arcade Fire, Franz Ferdinand… C’est plein d’influences bien sur, mais rien n’est flagrant, ni trop marqué. S’opposent et s’entrechoquent constamment de douces harmonies (de 2 à 4 voix), sur de lourdes instrus, oscillant inlassablement entre pop, rock et léger électro. Parfois s’ajoutent des accessoires de percussions ou un trombone, venant soutenir les basses. Il est presque difficile de différencier les sonorités tant tout a été soigneusement imbriqué et dosé. Pas une ligne ne déborde pour engloutir une autre, pas un gars n’essaye de prendre la vedette et dominer les quatre autres. On est bien.

On voudrait aussi dire que : le chanteur principal a la voix d’Adam Levine, que les rythmes de batterie sont super bien trouvés (et pas faciles à caler), que le trombone ça rend super bien avec les sons électro, que les harmonies à quatre ce n’est pas évident mais quand c’est bien fait c’est divin, que l’ambiance était au top, que Violet est un titre qui pourrait aller très loin… Mais ce que l’on a surtout envie de vous dire c’est qu’on est super fières de pouvoir les suivre cette année, grâce à l’opération BlogosFAIR en partenariat avec…le Fair (tu l’auras deviné). Parce que obviously eux et nous, we are matching.

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.