Conversation autour de The Tallest Man On Earth

J’ai écouté le nouvel album de The Tallest Man On Earth, Dark Bird is Home. Il était deux heures du matin, entre un vendredi pluvieux et un samedi gris. Une partie de moi a aimé, l’autre non. Du coup, plutôt que d’écrire une chronique banale, voici la retranscription presque fidèle de la conversation qu’on a eue, moi et moi, autour d’un thé à la menthe du Maroc.

  • Oh mon dieu !

  • Quoi ?

  • Il y a un nouveau Tallest Man On Earth !

  • Ah oui. Alors, t’as aimé ?

  • Euh…

  • Quoi ? t’as pas aimé ?

  • Non, c’est pas ça.

  • Quoi alors ?

  • Bah, je suis déçue. J’attendais cet album avec tellement d’impatience… J’ai l’impression qu’il est un peu bâclé ce Dark Bird is Home…

  • Il a tout de même mis trois ans à le pondre cet album…

  • Oui, j’ai l’impression qu’il a voulu en faire trop cette fois et qu’il en a pas fait assez au final. Peut-être que lui aussi voulait sortir du cliché du « songwriter à la guitare » mais en restant bien dedans quand même. Il a le cul coincé entre deux chaises, tu vois…

  • Ah tu parles de la chanson d’ouverture Fields of Our Home, avec cette montée un peu trop brutale à la fin ?

  • Oui et puis je trouve les chansons trop simplettes, j’ai l’impression d’entendre un album de Bob Dylan.

  • Et c’est une mauvaise chose ? Enfin, on sait depuis toujours que c’est un peu son modèle.

  • Oui, mais là, c’est trop évident. Trop bobdylanesque, genre Darkness of the dream pourrait être un titre de l’album Time are a-changing… ou non une démo parce que là aussi, j’ai l’impression que le titre n’est pas fini… Et puis, Slow Dance, on dirait une chanson d’un folkeux pour midinettes… Du folk de plage…

  • Je te trouve un peu dure, il y a de magnifiques chansons, Dark Bird is Home est superbe.

  • Oui c’est vrai, mais c’est pas beaucoup sur dix titres.

  •  Et Timothy ne te donne pas des envies d’ailleurs, comme par exemple galoper dans les plaines écossaises, cheveux au vent. Tu n’aimes pas ce superbe violon ?

  • Oui, enfin si on enlève les « oh oh oh » très coldplay… c’était presque ça.

  • Donc tu ne changera pas d’avis…

 

Advertisements

Une pensée sur “Conversation autour de The Tallest Man On Earth

  • 12 mai 2015 à 17 h 46 min
    Permalink

    Bob Dylan ? encore ? Ah pauvre Kristian, il n’en a toujours pas fini avec cette perpétuelle comparaison. Perso j’ai un peu de mal à voir ce qu’il y a de Dylan dans cet album…
    Je le trouve très réussi ce 4ème album. Il peut être un peu déroutant au premier abord compte tenu des instrumentations, mais les chansons suivent une progression cohérente. Les thèmes abordés sont plus beaucoup personnels et les lyrics toujours bien construits.
    Slow Dance et Darkness Of The Dream sont aussi les 2 titres qui m’avaient le moins convaincue à la première écoute. Mais l’album contient de vraies pépites! Dark Bird Is Home, Little Nowhere Towns, Timothy, Singers, Beginners…
    Je pense qu’il faut y revenir plusieurs fois pour bien l’apprécier. Bref, ce n’est que mon humble opinion. 😉
    RDV le 25 Juin au Divan du Monde (sold-out) et le 17 Octobre au Bataclan où il sera accompagné du clan Bon Iver si vous voulez voir The Tallest Man On Earth et son Dark Bird Is Home live.
    Cheers

  • 12 mai 2015 à 17 h 59 min
    Permalink

    Une partie aime une partie est pas encore convaincue c’est ce que j’ai essayé de dire en fait, visiblement j’ai raté mon billet !

  • 12 mai 2015 à 21 h 17 min
    Permalink

    Disons que mon sentiment après lecture de ton billet est que la partie qui n’est pas convaincue est beaucoup plus convaincante, et que ça ne me donnerai pas spécialement envie de me pencher plus que ça sur ce Dark Bird Is Home.
    Enfin c’est comme cela que je le ressens, no harm intended comme on dit, mais je trouverais ça dommage de ne pas aller le découvrir. J’étais très enthousiaste de voir une chronique en français sur cet artiste très talentueux mais qui passe assez inaperçu en France en comparaison à d’autres pays européens (UK, NL).
    Enfin voilà, je trouvais ce post un peu négatif, et je voulais simplement apporter une touche plus positive. Je pourrais écrire des pages sur tout le bien que je pense du monsieur, de son talent d’écriture, de musicien, de performer etc.
    (Juste un truc, le Bob Dylan, je crois que depuis 6-7 ans, il en a eu sa dose, et qu’il vaut mieux éviter le sujet de conversation avec lui si un jour tu le croises.)
    Désolée d’avoir squatté ton post et d’avoir peut être été un peu sèche, mais c’est un artiste que j’adore. J’espère que la seconde partie tombera aussi sous le charme, et si tu as l’occasion d’aller le voir, n’hésites pas, c’est encore mieux en live. Il me tarde de voir ce que ça donne en full band. 🙂
    Amélie

  • 12 mai 2015 à 21 h 23 min
    Permalink

    Mais c’est aussi un artiste que j’adore vraiment vraiment vraiment beaucoup et ça fait si longtemps que j’attendais un nouvel album que j’avais de high expectations… Du coup j’suis déçue au début même si y’a deux trois chansons qui m’ont touché direct, après pour ma défense j’ai écouté la première fois l’album il y a deux semaines, pendant ma période sufjan Stevens je trouvais tout moins bien après du coup, mais je serai à ses concerts, c’était prévu et j’achèterai quand même son album…. Et pour bob dylan, je sais que ça le fait chier et je suis partisane du « on assume plutôt qu’on renie ». C’est l’un des plus beaux des compliments qu’on puisse lui faire. Je trouve. (Je suis une immense fan de bob dylan)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.