Ce qu’il reste d’une civilisation, c’est sa culture… que restera-t-il de la nôtre ?

Lundi soir. Il est une heure du matin passée. Dans le taxi, en rentrant du boulot, je relis pour la énième fois « Fêtes sanglantes » de Lester Bangs. Comme à chaque fois, je me dis que ce mec a fait beaucoup de mal dans l’esprit des jeunes journalistes qui s’imaginent devenir des rock critics superstars. En tout cas, pour ma part je l’aime autant que je le déteste, ce mec… même si je ne rêve pas d’être une rock critic superstar, moi tout ce que je veux, c’est essayer d’être une bonne journaliste musique… même si c’est un peu compliqué, non pas parce qu’il n’y a pas de places mais surtout à cause du traitement qu’on lui réserve à cette pauvre musique. Et nous, journalistes et médias en général, on fait partie des fautifs qui font aimer de la merde au public.

Quand je relis les chroniques de Lester ou des autres journalistes de l’époque, je me dis, qu’à cette époque, c’était vraiment le pied. C’était facile en 1974 d’interviewer des groupes, de les suivre sur une tournée, de faire des longs papiers de 10 feuillets ou de dire ce qu’on pensait réellement d’un groupe ou d’un album. J’imagine que c’était plus simple de dézinguer un disque si on ne l’aimait pas et d’en faire des tonnes si on l’aimait. Aujourd’hui, à part dans quelques rares publications (merci Télérama d’exister, merci Magic et Tsugi d’être encore là) on ne lit plus beaucoup de vraies critiques d’albums constructives. On lit même parfois des gros bullshits (qui commettent ce genre d’horreur) ou alors les mots des journalistes sont, malheureusement, liés aux partenariats noués par les commerciaux qui dirigent leurs supports. Oui des commerciaux. Parce que, on est dans une logique de vente, ne nous leurrons pas. On vend du clic, on vend du papier (enfin plus trop si on regarde les derniers chiffres). Et puis, on est dans une « logique de bisounours ». On ne critique plus. On est même presque obligés de dire du bien de ce qu’on n’aime pas….

On s’accorde tous à dire que depuis quelques décennies, on vend la musique comme de la viande sous cellophane. Les artistes sont interchangeables, les titres qui passent à la radio sont tous les mêmes  et tous les labels sont à la recherche d’une copie de l’artiste du label concurrent qui cartonne en ce moment. Aujourd’hui, la musique n’est qu’un produit comme les autres, mais dans les faits, la musique et la culture ne sont pas des produits. C’est parce qu’on le considère comme telle qu’on se retrouve avec des mauvais livres en best-sellers, que Kev Adams se retrouvent comparés à Belmondo. Un jour, un mec m’a dit. Ce qu’il reste d’une civilisation, c’est sa culture. On se rappelle des Lumières, on se rappelle de Molière, de Rimbaud, de Hugo, de Ravel… Et nous ? Qu’est-ce qu’on laisse ?

Aujourd’hui, les artistes qui marchent sont ceux que les radios et les émissions de télévisons survendent de manière outrancière. On est presque « obligés » de suivre. Parce que les « consommateurs », ne parlons même plus d’auditeurs, ne sont plus à la recherche de nouveautés, ils sont dans une logique de rapidité. Ils ne cherchent pas, ils ne veulent pas chercher de la musique, parce qu’il y en a beaucoup trop avec internet et la musique en ligne, alors ils veulent du « prêt-à-écouter ». Et ce sont les médias qui vont leur fournir. Je me suis réjouie de voir le retour de Taratata… j’ai déchanté en voyant que c’était encore une fois, les mêmes artistes qu’on promeut déjà partout. Combien de fois ai-je lu que M. Pokora était notre Justin Timberlake français ? Que Shy’m était notre Rihanna ? Que Vianney est notre Ed Sheeran. Qu’untel est le nouveau Jeff Buckley ? Sérieusement, qui y croit ? Sans doute pas le journaliste qui écrit ça mais son journal vend de la publicité pour elle, pour lui, pour le groupe. La maison de disque a acheté un encart dans le journal qui se trouve « partenaire » sur une tournée, un album, un spectacle. Comment le journaliste pourrait dire du mal de l’album quand le logo du support et sur l’immense affiche promotionnelle que tu regardes sur le quai en attendant ton métro ? A force de passer Louane toutes les dix minutes à la radio, de montrer Kendji partout, l’auditeur finit par l’aimer. Je suis persuadée que si l’on mettait passer plus de Feu! Chatterton à la radio et moins de Black M, la donne serait complètement différente. Pourquoi la musique « indé » n’est-elle diffusée qu’à partir de deux heures du matin sur une chaîne lointaine de la TNT ? Est-ce quelque chose d’interdit au moins de 16 ans comme les films pornos ? Est-ce que c’est mal de faire écouter de la musique de qualité ? Non pas que le mainstream soit mauvais… quoique, le notre est sacrément mauvais.

J’aime profondément la musique et encore plus le journalisme mais pas un jour ne passe sans que je me dise que le bateau prend l’eau dans tous les sens et, qu’au lieu de comater les trous on en rajoute d’autres, histoire qu’il coule plus vite. Pas un jour ne passe sans penser que le journalisme musical n’existe pas réellement en France. La musique fait partie de la vie de tous. Ose dire que c’est faux ? Elle est présente partout mais plus dans les publicités que dans les journaux. On supprime les rubriques musique, on ferme les magazines spécialisés, on fait des chroniques sans écouter les albums, de même pour les interviews. Les magazines de musique change leur ligne éditoriale, en France il passe de l’étal ‘culture’ à l’étal ‘société’. En Angleterre, c’est désormais les Rihanna et autres popstars qui font la Une du NME, autrefois bible de la musique, devenue aujourd’hui gratuite. On parle d’un artiste parce que le label fait du forcing, parce que l’artiste est un ami, ou parce qu’il y a un partenariat de noué. Et puis, surtout, on ne critique plus par peur de froisser. On parle d’indépendance, de liberté d’expression, elle n’existe pas en musique ni en culture.

Quand j’ai commencé ce métier, il y a six ans, je me suis toujours posée la question de savoir pourquoi les journalistes dans les salles de concerts avaient ce visage blasé, cette mine déconfite. Ils sont à des concerts, ils devraient kiffer ? Ils sont à l’endroit qu’ils veulent. Et puis, j’ai commencé à avoir, moi aussi, la mine déconfite. A ne plus vouloir aller à des concerts, à vouloir de moins en moins envie d’écouter des nouvelles choses. Pourtant, écouter des nouveaux artistes, j’adore ça. Avoir la chair de poule en découvrant une nouvelle chanson, j’aime ça plus que tout. Mais où en parler ? Sur le blog ? Ok, mais pour une vingtaine de personne. Les gros supports n’en veulent pas, parce qu’ils ne sont pas connus pourtant c’est eux la force de frappes. Pas les webzines, pas les blogs.

Cela ne fait que six ans que je suis journaliste, je suis encore qu’un bébé et j’ai déjà un arrière goût de dégoût dans la bouche, parce que le journalisme musical n’est pas celui de Lester Bangs que je m’obstine à lire et à aimer. Ce n’est pas passé cinquante minutes en interview avec un artiste pour essayer de comprendre son personnage, sa musique. Ce n’est pas écrire ce que l’on pense, ce que l’on ressent, ce que l’on voit. Ce n’est pas avoir un jugement critique. Pourtant, quand je relis la charte de déontologie, je lis « tient l’esprit critique, la véracité, l’exactitude, l’intégrité, l’équité, l’impartialité, pour les piliers de l’action journalistique » et puis je lis aussi « défend la liberté d’expression, d’opinion, de l’information, du commentaire et de la critique ». Dans les faits, c’est faux.

Ok, on est loin de Charlie Hebdo, ce n’est pas dénoncer des manipulations politiques, terroristes, ce n’est que de la culture. Mais, je me sens à chaque fois super mal quand je dois écrire des mots auxquels je ne crois pas. J’ai, un jour, écrit que M Pokora est notre Justin Timberlake, j’ai fait des chroniques positives sur des albums que je n’aimais pas en me détestant de le faire, j’ai fait les éloges de Kendji, j’ai menti à des attachés de presse sur des spectacles. On m’a toujours bien fait comprendre « qu’il ne faut pas descendre » dans mes papiers. Moi aussi, je participe au naufrage général. Au début, ça me faisait marrer de nager à contre-courant de mes propres goûts musicaux, c’était un challenge pour moi d’essayer de me glisser dans la peau d’une autre. A force, je suis devenue une espèce de machine à raconter n’importe quoi. Une espèce de schizophrène.

J’ai de la peine pour le métier de journaliste musical, j’ai de la peine pour la musique et pour toutes les personnes qui essaient de placer leurs artistes, de faire découvrir des nouveaux talents ou de la musique pas « bankable ». Pour ces attachés de presse indé, pour ces labels indés qui doivent faire des pieds et des mains pour essayer de faire, un peu changer la donne. Pour offrir une diversité, un peu plus de qualité, un peu moins de Maître Gims et un peu plus de BabX. Et pas que dans les pages de Télérama… En sortant de mon taxi, en montant les marches de mon immeuble, je me suis dit que je n’aurais pas du relire ces putains de « Fêtes Sanglantes ». Lester, tu m’as tué. Encore.

Advertisements