On y était : Dom La Nena + Emily Loizeau aux Trois Baudets

Hier soir les Trois Baudets ont laissé carte blanche au Gisti. L’association qui milite pour défendre les droits des immigrés avait invité Dom La Nena et Emily Loizeau pour un concert intime et spontané. Salle comble, scène envahie d’instruments, shows détendus et généreux : chouette cocktail pour une soirée réussie.

Dom La Nena arrive furtivement sur scène, slalomant entre les câbles, les claviers, les cordes pour atteindre le premier rang, un piano à pouces à la main. Dans le noir presque complet qu’affectionne les Trois Baudets, elle entonne « Era Una Vez » avec pudeur et émotion. Pendant plus d’une heure elle alterne espagnol, portugais et français, chantant les titres de son dernier album Soyo, reprenant « Emmène-moi » de Mansfield TYA et des classiques latino-américain (« Gracias a la vida » de Violeta Parra et « Felicidade » de Lupicinio Rodrigues). Le répertoire varié lui permet de passer du violoncelle au ukulele, du piano à pouces à la guitare électrique, le tout en alternant chansons mélancoliques et rythmiques dansantes. Dom La Nena joue de tout, en même temps (ou presque, aidée de pédales loop), chante dans toutes les langues, fait de l’humour, émeut et parvient même à faire chanter le public et à lancer un concours de danse sur « Sambinha ».

À LIRE AUSSI >> La (belle) session acoustique du samedi #70 : Dom La Nena & Rosemary Standley

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Emily Loizeau fait elle aussi une entrée fracassante, manquant de peu de renverser les pupitres de ses musiciens. Le set commence donc sur des éclats de rire, prolongés par la drôle « Je ne sais pas choisir », en piano-voix. Arrivent ensuite les quatre musiciens : batterie, guitare, violon/cuivre, basson/clavier. Emily Loizeau mise plutôt sur l’émotion, une voix chuchotée mais intense, des textes grave (mêlés à quelques traits d’humour), une interprétation presque théâtrale. Elle reprend quelques un de ses classiques – que le public reprend en chœur – mais joue surtout les morceaux de Mona, la pièce de théâtre qu’elle a montée au 104 en janvier dernier (l’album est annoncé pour le 27 mai). Joliment orchestrée et d’une sincère générosité, Emily Loizeau offre près d’1h30 de spectacle, revenant volontiers pour les rappels et allant jusqu’à proposer un after spécial Lou Reed au bar des Trois Baudets.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour plus d’informations sur le Gistigisti.org

Photos : Jeanne Cochin

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.