On y était : Great Lake Swimmers au Petit Bain

T’sais ce genre de concert où tu sais que quoi que tu dises, tu ne vas pas réussir à être objective pour un sou ?

Great Lake Swimmers est vraiment un groupe cher à mon cœur. Pour la petite histoire, un ami (parti entre temps vivre à Québec, le traître !) m’avait envoyé plusieurs chansons de Bodies and Mind leur deuxième album, un soir de discussion philosophique et mature sur feu MSN Messenger. Ouais ouais, rappelle-toi. C’était il y a 10 ans maintenant. 10 ans. Depuis, le groupe de folk canadien a poursuivi son bout de chemin, et sorti quatre albums, dont le dernier A Forest of Arms en avril 2015. On avait bien sûr, répondu présentes lors de leur première date au Pop-Up du Label, où le groupe était au complet. Quelques mois plus tard, Great Lake Swimmers a déposé de nouveau ses nombreux instruments à Paris, sur la Péniche du Petit Bain, pour une date en trio acoustique. Le rêve.

À LIRE AUSSI >> On y était : Great Lake Swimmers au Pop-Up du Label

Après deux premières parties assurées par Anne Cardona et Mary Lattimore, Tony (chant, guitare), Erik (banjo, guitare) et Bret (contrebasse, mandoline, clavier) s’installent paisiblement sur scène pour un set d’un peu plus d’une heure. Les Canadiens n’hésitent pas à piocher dans leurs premiers albums, aussi bien que dans Swimming Away, leur dernier EP en date. On redécouvre toutes ces sublimes ballades en acoustique, des arpèges de banjo par-ci, des petites percées de contrebasse par-là, un court solo d’harmonica, portés par la mélodieuse guitare du frontman, au timbre de voix toujours aussi lyrique et aérien. Le folk des « Nageurs des grands lacs » nous enchante et nous emporte en promenade au milieu d’une rainforest paisible, ou sur les bords d’un lac gelé tandis que quelques rayons de soleil percent à travers les nuages. On se sent bien, nos pulsations cardiaques ralentissent, et on se laisse bercer, submergés par une sensation de bien-être extrêmement enivrante.  On est touché par les magnifiques « Don’t Leave Me Hanging », « Stealing Tomorrow », ou « This Is Not Like Home », que le groupe reprend de leur tout premier album. On aime aussi entamer quelques pas de danse timides sur « Still », « Bodies and Minds », ou encore « Your Rocky Spine » cette chanson qui poursuit Great Lake Swimmers depuis des années, dont on se délecte toujours autant. 23h30, le rideau tombe après un bis où la harpiste Mary Lattimore est venue rejoindre les Canadiens sur « Moving Pictures, Silent Films ». Les lumières se rallument. On remonte sur le pont, et on rejoint la terre ferme. Retour à la réalité.

Setlist : Backstage Wih the Modern Day Dancers / New Light / Don’t Leave Me Hanging / It Was A Waynard Pastel Day / Stealing Tomorrow / There Is A Light / Everying Is Moving So Fast / Where In The World Are You / Still / Your Rocky Spine / Swimming Away / River’s Edge / Cornflower Blue (Nathalie) / This Is Not Like Home / Zero In The City / Pulling On A Line / Put There By The Land / Bodies and Minds / Moving Pictures, Silent Films

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photos : Emma Shindo

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.