La (belle) session acoustique du samedi #88 : Johnny Flynn

The suns and the moons and the galaxies far, were cast from his bow before they were stars,
Oh and the gap in-between them is nothing to us.
Our eyes cut the distance as loving eyes must, from me unto you, son, from dust unto dust…

Tu sais ces moments où tu mets négligemment en marche des playlists sans véritablement te soucier du contenu ? Puis la chair-de-poule qui surgit te surprend dans ta routine. Soudainement. Inconsciemment. Sud-Africain immigré en Angleterre dès son jeune âge, Johnny Flynn m’a fait l’effet d’une douche froide de bonheur. Cet artiste touche-à-tout (acteur au cinéma et au théâtre, compositeur de musique de film…) est un songwriter prolifique. Pour cette session, il interprète un extrait de son album Country Mile, sorti en 2013. Et qu’est-ce que c’est beau… Le vide d’une pièce aux quelques aplats de peinture pastel, et cette voix un peu éraillée, aux aigus maîtrisés, qui y résonne superbement. Un bonnet négligemment posé sur la tête, une guitare délicate qui accompagne cette chanson d’amour et nous fait rêver. Juste superbe.

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.