La Playlist Islandaise de Rocknfool (Saison 2)

PLAYLIST – Riche culturellement, l’Islande fait partie de ces pays où on ne peut vivre sans musique. Et comme il n’y a pas que Björk, voici notre playlist islandaise !

« Hvert liggur þessi vegur ? »1
Ólafur Jóhann Sigurðsson

Il y a exactement 6 mois, Juliette vous proposait sa playlist islandaise. En période hivernale, Iceland Airwaves et Justin Bieber, vous aviez déjà pu découvrir de nombreuses pépites. Aujourd’hui, grâce à son équipe de football (les « Strákarnir okkar »), l’air frais d’Islande revient en France. L’occasion pour moi de vous proposer une seconde playlist islandaise, encore une fois non exhaustive, tellement ce pays est musicalement riche ! D’ailleurs, c’est cette richesse qui est au centre de cet article, puisque je vous propose de découvrir quatre ambiances islandaises. Des larmes à la rage, de la danse à la contemplation, faites votre choix !

1. L’Islande Mélancolique :

« Veiztu ? Þad eru vor tár, vor tár, sem falla í svartan sandinn og sér engan stað. »2
Steinn Steinar

Ólafur Arnalds – Árbakkinn ft. Einar Georg :

En 2016, Ólafur a décidé de promouvoir son pays. Cela passe par son projet Island Songs : un voyage à travers l’Islande, afin de faire découvrir des musiciens locaux et d’enregistrer, dans les conditions du live, son futur album. Ambitieux comme jamais, le projet risque d’être grandiose. Et ce n’est pas « Árbakkinn », qui nous fera dire le contraire. La mélodie et la voix d’Einar Georg (le père d’Ásgeir), nous ont littéralement fait pleurer.

Bang Gang – My Special One :

On a pu le connaître pour des duos avec Keren Ann (Lady & Bird), Barði Jóhannsson est l’un des plus talentueux musiciens mélancoliques d’Islande. Avec son groupe Bang Gang, Barði a sorti en juin 2015 son quatrième album, rempli de mélodies envoûtantes. Cependant, pour les réfractaires de la mélancolie, Jóhannsson et Jean-Benoît Dunckel (Air), viennent de publier un premier album avec leur projet Starwalker.

Samaris – Wanted 2 Say :

Le troisième album de ce trio Reykjavikois est paru il y a quelques jours, et il faut l’écouter de toute urgence. Minimaliste, mélodieux, Black Lights est le premier album anglophone du groupe, dont la chanteuse Jófríður Ákadóttir n’est autre que la moitié de Pascal Pinon. Digne de Portishead, Samaris est probablement la relève de l’électro mélancolique islandaise !

einarIndra – Thoughts :

Un physique à la Ásgeir, une voix à la Antony and the Johnsons, einarIndra est un véritable cadeau musical. Son premier album, Stories, sorti en mai dernier, nous raconte plus que des histoires. Ce que nous propose ce musicien est un vrai voyage à travers la modernité et la mélancolie de son pays. Les clips sont à l’image de l’album, une beauté lumineuse !

2. L’Islande Colorée :

« Og yfir öllu vakir þögnin, þögnin. »3
Steinn Steinar

Júníus Meyvant – Neon Experience :

Un barbu, encore un ! Júníus Meyvant aurait pu se retrouver dans l’Islande mélancolique, tellement il peut nous faire pleurer à l’instar du suédois José Gonzales. Mais j’ai décidé de vous faire découvrir son dernier single, sorti en mars. « Neon Experience » est typique de la pop islandaise indépendante ! Ajoutez à cela un clip en Super8, filmant la petite île de Vestmannaeyjar, et vous aurez gagné votre journée. Son premier album est prévu pour le 8 Juillet, et je pense que vous en entendrez parler rapidement.

East of My Youth – Mother :

Aucun album à noter, et pourtant Herdís Stefánsdóttir & Thelma Marín Jónsdóttir ont déjà longuement fait parler d’elles, notamment grâce à quelques shows dont le South by Southwest 2016. C’est d’ailleurs à cette occasion, qu’elles ont enregistré une KEXP Session, dont je vous propose de découvrir un extrait : « Mother »,  issu d’un premier E.P attendu pour l’automne.

Milkywhale – Birds of Paradise :

Au départ, il y avait FM Belfast ! Un groupe qui n’a rien d’irlandais, puisqu’il est le groupe ayant permis aux Islandais d’éclore en électro. Ces derniers étant devenus quelque peu discrets, la chanteuse Árni Rúnar Hlöðversson a décidé de créer un duo. La suite, c’est donc la naissance de Milkywhale digne successeur de FM Belfast ! Et pour vous rendre compte de la puissance de ce groupe, je vous conseille de les découvrir en live. Ils vous rendront peut-être épileptique, mais vous pourrez leur dire merci pour la bonne humeur !

Retro Stefson – Skin :

C’est parti, allumez les stroboscopes, et LET’S DANCE ! Si vous cherchez un groupe nordique pour animer vos soirées, Retro Stefson doit être de la partie. Il est peut-être le groupe dance le plus connu en Islande. Le dernier single « Skin » est une vraie tuerie, à écouter en boucle, les basses à fond ! Bon, je vous conseille aussi le clip, qui est entre le WTF et la magie.

3. L’Islande Rebelle :

« Og þar sem jökulinn ber við loft hættir landið að vera jarðneskt. »4
Halldór Laxness

Reykjavíkurdætur – F.E.M.I.N.I.S.M. :

16, c’est le nombre d’artistes composant ce groupe de rap islandais. 100% politique, Reykjavíkurdætur est ce groupe magique dont l’Islande avait besoin. Il dénonce les abus sexuels, lutte pour le féminisme dans la société, et prend place dans le discours politique islandais. Certes leur musique peut être difficile d’accès, mais ce mélange Fémen / Pussy Riot dans une société qui fut en crise il n’y a pas si longtemps, apporte de la fraîcheur. Le rap français ferait bien de s’en inspirer ! (Note : saurez-vous trouver la référence à Beyonce dans ce  F.E.M.I.N.I.S.M. ?)

4. L’Islande Crépusculaire

« Þar eru tröll að syngja söng sva að flöllin heyra. »5
Þorsteinn Erlingsson

Sólstafir – Lágnætti :

Ce titre résume tout ce que l’on aime de l’Islande. La grandeur des paysages, la grandeur de la musique, la grandeur du monde dans lequel nous vivons. Même s’il ne paraît pas l’être au premier abord, Sólstafir est un groupe de métal, ou plutôt de Pink Floyd Metal, comme ils aiment se décrire. Autant vous dire, que vos oreilles ne craignent rien, si ce n’est d’avoir un orgasme musical. Que l’Islande est belle, que sa musique est magique !

Ce titre est aussi l’occasion de vous faire découvrir le réalisateur de ce clip, Bowen Staines, un américain littéralement amoureux de la nature, de l’Islande et de notre monde. Dans les années 2000, il a créé le site dontpaniciceland.com, où il filme les clips de nombreux groupes scandinaves (ou nord-américains). Le résultat est juste splendide.

1 : Où mène donc ce chemin ?
2 : Le sais-tu ? C’est notre larme, notre larme, qui tombe sur le sable noir et ne voit aucun lieu
3 : Et au-dessus de nous règne le silence, le silence
4 : Et là où le glacier touche le ciel, le pays cesse d’être terrestre
5 : Là-bas les géants chantent un air, pour que les montagnes entendent

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.