Auditions Inouïs du Printemps de Bourges : Ash Kidd, Ok Coral, Pause Kino, T/O, Albinoïd Sound System

LIVE REPORT – Direction Strasbourg pour les auditions des iNouïs du Printemps de Bourges 2017, version Alsace. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le choix ne va pas être évident.

Ash Kidd

Début de soirée avec du hip-hop. La salle est remplie de jeunes à bonnets la main levée et les paroles aux lèvres. Ash Kidd, a.k.a Claude Bourgeois et son DJ ont donc déjà le public à leur botte dès le lancement de leur set. On ne sait pas trop, d’ailleurs, si on doit parler hip-hop, r’n’b ou rap, tant, finalement, les genres se mélangent. Claude Bourgeois arpente la scène, micro à la main, l’air frondeur, mais parle d’amour, de rêves et de mélancolie, et finit sur un « J’ai demandé à la lune » complètement revisité. Le public est conquis, nous aussi.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ok Coral

Un mannequin femme trône sur scène à l’arrivée du groupe. On comprend vite qu’elle remplit l’espace qu’aurait dû occuper le bassiste du groupe, malade. Pas de chance pour eux, mais aucune incidence pour nous. Le duo batterie/guitare se suffit à lui même dès les premières secondes. Ok Coral fait partie de ces groupes, bien trop rares, sur lesquels tu accepterais de te déhancher toute la nuit. La faute à la guitare et à ses notes tellement pop ? La faute à cette batterie qui groove ? Nous, on dirait plutôt la faute à la voix de Jim. Notre gros coup de cœur de cette édition, c’est lui. Et on se demande comment ce groupe basé à Paris a pu nous passer à travers depuis si longtemps.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pause Kino

Autre duo que celui de Pause Kino, dans un style tout à fait différent. Deux percussionnistes aux commandes d’une batterie, d’un vibraphone et d’un ordinateur, pour de la chanson en français. Si Delphine Langhoff et Gaspard Beck montrent une alchimie incroyable à travers leur jeu de regard, et une maîtrise sans faille de leurs instruments respectifs, il nous manque un truc. Quelque chose d’un peu plus brut et incontrôlé, sûrement. Et même la mise en musique d’un poème, Pavane, censé « séduire avec des mots », ne déclenchera chez nous aucune étincelle d’émotion. On est passé à côté.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

T/O

Ils sont quatre, et c’est sûrement le groupe au projet le plus pointu et abouti de la soirée. Ils nous vendent ça comme de la « pop hallucinée ». Entre nous, on n’a jamais été très doué pour les étiquettes, et on ne sait pas trop ce que ça veut dire, pop hallucinée. Tout ce qu’on sait, c’est que T/O est un groupe à la fois planant et furieux, capables de montées en puissance incroyables sur de longs titres passionnants. Ils sont passés par les Bars en Trans et sont à retrouver au Supersonic à Paris le 11 février. On te le conseille

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Albinoïd Sound System

Originalement une quinzaine sur scène, Albinoïd Sound System est devenu avec le temps un trio. Ils n’ont toutefois pas abandonné leur envie primitive : faire danser les gens sur des rythmes d’afrobeat. Et le pari est réussi, puisqu’une partie du public n’hésite pas à se trémousser devant la scène, même sur la reprise de Ballad Of Hollis Brown de Bob Dylan. Percus, trompette et laptops, il ne faut donc pas grand chose pour clotûrer ces auditions régionales des Inouïs 2017.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À LIRE AUSSI :
>> Auditions Inouïs du Printemps de Bourges : Ryder The Eagle, Howlin’ Jaws, Rendez-vous et Whacks

Advertisements

Laisser un commentaire