On y était : Matiu + Saratoga + Klan Demba aux Trois Baudets

LIVE REPORT – Une soirée francophone aux Trois Baudets : de la douceur, du romantisme, un retour à la nature et aux racines et de la chaleur dansante. Beau programme en perspective !

À l’occasion de la soirée Aah ! Les Déferlantes ! la Francophonie était mise à l’honneur. Matiu venu de la communauté Innue de Uashat-Maliotenam, sur la côte Nord du Saint Laurent, Saratoga nos bien connus amoureux québécois et Klan Demba arrivés tout droit de Mayotte. Au programme donc une programmation riche en horizons et à l’enchaînement surprenant. Comment passer une soirée douce et fraîche puis chaude et dansante.

C’est Matiu qui ouvre le bal. Une guitare en bois brut – que ce menuisier de métier aurait pu construire lui-même – sur les genoux, un canette de bière dans la poche, une casquette vissée sur la tête, il nous chante l’histoire de ses ancêtres et de son pays. Alternant français et langue innue il parle des grandes terres vastes, des derniers autochtones, de ses copains qui doivent trahir leur conscience pour nourrir leur famille. Des sujets profonds chantés d’une voix grave et rauque, on dit de sa musique qu’elle est un folk bipolaire. Mi loup-garou mi ourson mignon, Matiu c’est un groover au cœur tendre.

FacebookSoundcloud

Notre duo préféré prend la suite, Saratoga, ses guitares, sa contrebasse, son harmonica et ses deux voix aux harmonies enchanteresses qui suffisent à nous faire voyager dans des pays où tout n’est qu’amour et douceur. Ils sont venus ce soir avec une petite ampoule à lumière jaune qu’ils installent devant leur micro d’amoureux. Il se dégage de la scène une paix et une sincérité attendrissante. Ils chantent à deux, racontent leurs histoires à deux, rient à deux, et le public tout entier est sous le charme. Saratoga c’est une belle histoire d’amour et de tendresse qui fait du bien à tous les cœurs.

Setlist : Brise glace / Je t’attends dehors / Jack / Fleur / Saratoga

On change de continent, on change de registre avec l’arrivée des trois chanteurs-percussionnistes de Klan Demba. Direction Mayotte, les rythmes endiablés, la chaleur, les chants repris en cœur et la danse de la joie. Malgré quelques problèmes avec un micro qui résiste difficilement aux vibrations intenses des djembés, le trio s’accapare la scène et le public des Trois Baudets. Pas facile pourtant de réveiller la salle qui s’était confortablement installée dans un cocon de douceur, mais chalenge accepté et réussi par le trip. Les trois garçons font taper des mains, chanter et même danser le public bien réveillé. Klan Demba c’est un rayon de soleil qui réchauffe et répare.

À LIRE AUSSI >> [INTERVIEW] Saratoga : « Le bonheur rend difficile la créativité »

Photos : Jeanne Cochin

Advertisements

Laisser un commentaire