Fenne Lily, la simplicité d’une voix

DÉCOUVERTE – Elle assure actuellement les premières parties de Charlie Cunningham de sa voix pure, seulement accompagnée de sa guitare. Fenne Lily, 20 ans, a déjà tout compris.

Il y a des voix qu’on sent très rapidement familières. Des voix qui, à peine découvertes, viennent comme combler un manque dont on n’avait pas conscience. Des voix qui, on le sait, vont peupler nos pensées délicatement.
Fenne Lily est une de ses voix.

Seule avec sa guitare, elle écrit et déroule de simples ballades, pleines de mélancolie. Elle nous rappelle nos vielles écoutes de Catherine Feeny, et son timbre a un quelque chose de Daughter à l’époque de « You ». Et si les accords de guitare se répètent, si les refrains se succèdent sur le même thème, celui des difficultés des relations, c’est pour mieux révéler l’émotion pure, terrain de jeu exclusif de Fenne Lily.

De Bristol, à 20 ans, elle se présente comme une « amatrice ». Elle ne sait pas donner de titre à ses chansons (qu’elle nomme « New », ou « New New », en attendant mieux). Elle oublie sa bouteille d’eau sur scène et ses vêtements de scène à l’hôtel. Elle s’éclabousse devant nos regards amusés, s’excuse de devoir ré-accorder sa guitare. Et pourtant, pourtant, lorsqu’elle commence à chanter, impossible de parler d’amateurisme. Son talent irradie dans sa capacité à transcrire en pépites de 3 minutes les impressions les plus chaotiques qui nous habitent dans nos relations. Chose qu’elle fait envers et contre tout depuis ses 15 ans, et sur un disque dont la production est aussi pure que ses compositions.

You’ll never know what you do to me, all that we have won’t grow, falling is hard, I know, you make it so easy, believe me. (« Bud »)
Stay the night, ’cause I need this, more than I knew, more than I’d like, more than you do. (« What’s Good »)

Il est terrible de se rendre compte qu’une jeune femme de 20 ans a en fait écrit la chanson qu’il te fallait il y a quelques années. Qu’elle est capable de mettre les mots que toi te ne peux pas prononcer, avec une honnêteté et une simplicité qui confinent à l’évidence.
Fenne Lily écrit et écrira sans aucun doute une longue liste de titres à étreindre dans la nuit quand ça ira mal. On le sait. Et c’est pour ça qu’on va la suivre de près.

Écouter Fenne Lilly :

À LIRE AUSSI >> On y était : Charlie Cunningham aux Trois Baudets

Advertisements

Laisser un commentaire