On y était : Clara Luciani + Gabriel Auguste au Point Éphémère

LIVE REPORT – Le Point Éphémère accueillait mardi soir Clara Luciani pour sa première soirée en tête d’affiche. C’était chaud et complet !

C’est Gabriel Auguste en version duo qui ouvre pour la jeune femme. Accompagné de sa claviériste-choriste, il chante ses titres en français qui sentent bon l’été et le kitsch. Ce n’est vraisemblablement pas du goût d’une personne du public qui le compare d’un air désagréable à Étienne Daho. Pour le respect du travail d’autrui on repassera, pas merci Madame-la-Gorgone.

À LIRE AUSSI >> On y était : Dantone + Gabriel Auguste + 20:01 aux Trois Baudets

La grande Clara Luciani fait son apparition sur scène devant les yeux amoureux du public agglutiné devant la scène. Avec sa guitare elle commence son set en solo, comme on avait l’habitude de l’entendre, avec les deux titres, « Cette chanson » et « Bovary », déjà bien connus du public – qui bouge parfois les lèvres en rythme.

C’est ensuite un full band qui se place sous les projecteurs : trois musiciens aux mains d’une batterie, d’un clavier et d’une guitare ou basse. Nos craintes sont instantanément évaporées, l’arrangement n’enlève rien au tragique de l’interprétation, et au contraire accentue la portée émotionnelle de la musique. Les musiciens sont bons, subtiles et mélodieux. La Clara Luciani en groupe n’a rien à envier à la Clara Luciani solo.

Carte du tragique

Le groupe joue les titres du premier EP de la jeune femme, Monstre d’amour (sorti le 28 avril 2017 chez Initial Artist Services), mais aussi ceux qui apparaîtront sur l’album à venir, des titres déjà joués en live et d’autres inédits. « The Bay » de Metronomy est même adapté, traduit et réarrangé pour donner un superbe « La Baie ». De quoi contenter un public attentif et ravi.

Thomas de Pourquery, du groupe VKNG, est invité à jouer du saxophone sur « Les Fleurs », un titre inédit, et sur « Eddie ». Précis, créatif et d’un son fabuleux. Ce saxophoniste est épatant, que ce soit dans les contre-chants lointains ou les impro endiablées.

Clara Luciani est fascinante, jouant la carte du tragique à merveille sur des titres forts de sens comme « À crever » ou « La grenade » qu’elle termine a cappella après avoir cassé sa première corde de guitare sur scène. Parfois un sourire sincère lui échappe lorsque son regard croise celui du public passionné. Vivement acclamée elle revient pour un bis avec « La dernière fois », répétant joliment « c’est la dernière fois que tu me voies ». Ce n’est certainement pas notre dernière fois, on retournera bien vite la voir et l’écouter !

À LIRE AUSSI :
>> Clara Luciani, veuve noire insaisissable dans « Comme toi »
>> On y était : Aurélie Emery + Clara Luciani + Adam Naas au Festival GénériQ

Setlist : Cette chanson / Bovary / Pleure Clara pleure / Monstre d’amour / Les Fleurs / La Baie / La Grenade / Dors / À crever / Eddie / Ici / Comme toi / Bis : La Dernière Fois

Texte : Jeanne Cochin | Photos : Emma Shindo

Advertisements

Laisser un commentaire