Europavox 2017 : Lamomalie de -M- et pas de Shame qui tienne ! (L’article uniquement pour la TEAM ROCKNFOOL)

LIVE REPORT – Troisième jour du festival, sous le signe du rock et de la world-music avec Shame, Témé Tan, Kiwanuka et Lamomalie de -M-.

Pas de fatigue qui tienne. Malgré une météo pluvieuse, on est prêt pour ce troisième et avant dernier jour du festival Europavox. Et il fallait en avoir de l’énergie, en ce samedi soir. Entre la scène rock garage de la Petite Coopérative de Mai, et la salle du Polydome qui accueillait -M-, avec un public arrivé plusieurs heures avant le concert pour avoir la meilleure place possible, il était difficile de respirer. Ambiance humide donc, autant dans les salles que dehors ! Mais cela en valait la peine, car de Shame à Temé Tan, de Them Moose Rush à Michael Kiwanuka, sans oublier Matthieu Chedid, tous ont fait danser (à leur façon) le public convivial du soir.

Rock is not dead !

Le programme du jour commençait tôt. Dès 18h45, les croates de Them Moose Rush donnait le ton de la soirée à venir. Son ultra puissant, du rock pur comme on aime. Et pour les fans de -M- arrivés dès 16h pour certains afin de faire la queue et d’être aux premiers rangs, cela a permis de ne pas attendre dans le silence. D’un bout à l’autre du festival, Them Moose Rush se faisait entendre pour le meilleur de nos oreilles.

Et pour continuer dans l’esprit rock et garage, c’est à la Petite Coopérative de Mai qu’il fallait rester. Grosse claque pour commencer, avec le duo Grec de The Noise Figures. Si le public est encore peu nombreux et reste en fond de salle, il ne mettra pas longtemps à avancer, pour taper du pied et secouer sa tête comme dans un concert de métal. Les bras se lèvent, on commence à se bousculer. Et ce n’est pas fini. Viens ensuite l’ovni garage punk rock des français de Frustration. Dire que le groupe ne se prend pas au sérimaieux est faible. Le guitariste fait semblant d’être le chanteur, de prendre la mauvaise guitare, le jeu de scène est drôle, punk, mais rappelle surtout toute la scène berlinoise. On se retrouve pendant quelques minutes dans une Allemagne punk des années 1990, avec un côté Joy Division et Neu! La claque. On étouffe au devant de la scène, on sue. Qui a dit que le rock était mort ?

Certainement pas les britanniques de Shame. Cinq jeunes londoniens qui pourraient très vite connaître la même carrière que les Arctic Monkeys s’ils ne font pas de mauvais choix. Charlie Steen, chanteur du groupe, arrive en béquilles et bandage à la cheville, suite à un concert un peu trop punk la veille. Mais qu’importe béquilles ou non, le groupe fait le show dans tous les sens du terme. Petit strip-tease de la part du chanteur qui drague le public, guitariste et batteur merveilleux. On a chaud. Sexy Shame ! On en demande encore. Mais malheureusement, la tête d’affiche de la soirée (-M-) est en parallèle, et on se doit de les quitter en milieu de set.

À LIRE AUSSI >> Interview – Shame : « On espère avoir dépassé la génération X-Factor »

Lamomalie jusqu’au bout de la nuit

Tandis que la Petite Coopé accueillait une centaine de rockeurs et punks, le Polydome faisait salle comble avec près de 10 000 spectateurs venus voir Lamomalie de Matthieu Chedid, mais aussi Témé Tan et Michael Kiwanuka en première partie. Si comme à l’accoutumé avec le public français, les premières parties ne remplissent pas la salle, le belge Témé Tan (qui sera l’une des grandes révélations des prochaines années) et le britannique Michael Kiwanuka ont su chauffer un public plutôt calme, cantonné pour beaucoup aux buvettes.

-M- ne fait rien comme tout le monde. Tandis que beaucoup mette le feu sur scène dès le début d’un concert, pour ambiancer à mort son public, Matthieu Chedid arrive seul, guitare acoustique à la main et entonne tout en douceur « Mama Sam ». Après une salutation sincère envers son public, qui hurle de joie, le groupe de Lamomalie arrive, et la fête peut commencer en douceur. Fatoumata Diawara, lumineuse, envoûte le public par son charme et sa voix, tandis que Toumani & Sidiki Diabaté nous régalent par leur prestance scénique et musicale. Après 10 grosses minutes de concert, les premières notes de « Bal de Bamako » résonnent et le Polydome de Clermont-Ferrand se transforme en discothèque disco-africaine. Et quelle ne fut pas notre surprise, quand, soudain, Oxmo Puccino entre sur scène pour entamer la partie rap du titre. Oxmo est acclamé comme jamais, le public explose, chante en cœur. Mais il s’agit des fans absolus de Chedid.

En fin de concert, alors que « Je Dis Aime » se voit revisité en version Lamomalie, une partie du public s’étonne du spectacle du soir, et on entend « Lamomalie frôle parfois presque le Francky Vincent ». Assurément, ce nouveau projet de -M- divise le public. On peut le comprendre, mais il faut l’avouer, Matthieu Chedid est l’un des plus grands chanteurs en France. Et la majorité du public ne s’y trompe pas. Alors que le groupe sort de scène, il en redemande encore et encore. -M- revient sur scène, et alors que l’on s’attend à un rappel, Matthieu Chedid remercie le public « Je sais que vous attendez un rappel, beaucoup de groupes en font. Mais respectez le notre qui est de ne pas en faire. On vous adore. Merci encore Clermont ! ».

Setlist : 

Mama Sam
Une Ame
Cet Air
Bal de Bamako
L’ame au Mali
La Fleur
Manitoutmani
Onde Sensuelle
Sauver L’amour
Inianafi Debena Kora
Machistador
Amssetou
Je Dis Aime
Solidarité

Photo : Renaud (@SvenskaPanda)

À LIRE AUSSI >> Europavox 2017 : Ode à la mélancolie avec Agnes Obel en tête d’affiche

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.