« I Don’t Feel At Home In This World Anymore », l’absurde et inattendu film Netflix

CINEMA – Grand Prix du jury à Sundance, I Don’t Feel At Home In This World Anymore est un film Netflix plein de surprises.

Entre ce grand prix à Sundance et les polémiques autour de Okja et The Meyerowitz Stories, Netflix ne cesse de remuer le monde du cinéma en ce moment. Et si l’avenir du grand écran, c’était finalement le petit ? C’est une question que le milieu doit et va sans aucun doute se poser. Car dans une industrie qui ne cesse de recycler des franchises peu inventives, la plateforme de streaming compte bien redistribuer les cartes. Et offre ainsi aux réalisateurs un terrain de jeu de créativité et de liberté. À l’image de Macon Blair et son I Don’t Feel At Home In This World Anymore.

Un film trompe-l’oeil

Avant toute chose, et pour comprendre ma découverte de ce film, il faut savoir deux choses importantes. La première, c’est que ce titre ne fait rien d’autre que m’évoquer la très jolie chanson « Alone In This World » de Patrick Watson. Douce et feutrée. La deuxième, c’est que l’actrice principale, Melanie Lynskey est à mes yeux une merveille de délicatesse dans mes films et séries fétiches (Away We Go, Togetherness). Ces deux choses combinées, tu comprendras que je partais du principe que le film serait sans aucun doute de la même veine, ayant pris soin de ne jamais voir la bande-annonce (et tu feras de même si tu veux mon avis).

Et les premières minutes me conforteront dans mon idée : Ruth, aide-soignante paumée et solitaire, n’en peut plus de vivre dans un monde égoïste et irrespectueux. L’humanité ne trouve plus grâce à ses yeux, elle désespère de chaque petite incivilité quotidienne, et ne trouve qu’une conclusion : les gens sont tous des connards. À ce moment-là du film, je crie au génie et me dit que finalement, je ne suis pas seule à en être arrivée à ce constat. Merci Ruth. Le tournant arrive ici : Ruth se fait cambriolée et, devant l’inaction de la police, va enfin prendre son destin en main, avec l’aide de son étrange voisin Tony (Elijah Wood), fan de métal et d’arts martiaux.

Des acteurs toujours justes

Crois-le ou non, le film se transforme alors de manière plus qu’étonnante. Il devient drôle et complètement absurde, tant l’apprentie détective va rencontrer des obstacles incroyables et les surmonter de manière inattendue. Peu avare en retournements de situation, Macon Blair dirige ses acteurs de manière toujours juste dans un environnement qui part à vau-l’eau. Et qui va finir dans un bain de sang et de violence haletant. Car oui, toute la surprise est là. I Don’t Feel At Home In This World Anymore est un savant mélange de genres qui, bien que totalement irréaliste et imprévu, a le mérite d’une chose : nous rappeler que, décidément, nous sommes les seuls maîtres de notre destin.

A LIRE AUSSI
>> 3 bonnes raisons de regarder « OKJA » de Bong Joon-ho
>> On a vu : « Blue Jay » sur Netflix, une pépite d’émotions en noir et blanc

Advertisements

Laisser un commentaire