« Cracks Appear » premier titre du futur Fink, ce génie prolifique…

PREMIER EXTRAIT – Ils avaient prévenu en mars dernier que leur Sunday Night Blues Club était un volume 1. Voici donc « Cracks Appear », le premier extrait de Resurgam, nouveau cadeau attendu le 15 septembre. 

Sunday Night Blues Club, bien que très réussi, ne nous avait pas autant fait chavirer que les précédents albums de Fink. La faute au manque d’un titre tubesque vers lequel nous serions revenus, encore et encore, et encore. Cela restait le constat d’une amante habituée à être courtisée à la perfection et qui ne sut se contenter d’un simple bouquet de roses, quand d’habitude l’amant merveilleux lui offrait le jardin tout entier… À l’écoute de ce nouveau titre, « Cracks Appear », il semblerait que Fink soit de retour en Maître Es Jardinier !

La lettre qui accompagne la sortie de ce titre, écrite par Fin Greenall, nous explique sa renaissance aux côtés de ses fidèles compères, via l’écriture et la production de Resurgam, titre littéralement traduisible par résurrection, « I Shall Raise Again ». On a quitté le blues du dernier album pour retrouver les intonations plus modernes, profondes et typiques de Fink.

La magie d’une production bienveillante

Derrière les manettes du studio légendaire londonien Assault et Battery, le producteur Flood, aka Mark Ellis, attendait le groupe. Artistes ayant travaillé sous sa coupe ? U2, Depeche Mode, Smashing Pumpkins, PJ Harvey, New Order, Nick Cave and The Bad Seeds, voilà pour le modeste pedigree. Enveloppé dans les volutes de fumée bienveillante et exigeante de Flood, Fink put visiblement (re)trouver sa liberté de ton et de création, délier son écriture. La passion du blues avait généré la tension des corps et des esprits à la fin de la tournée du dernier album, et Resurgam fut visiblement un réel retour à la joie, à l’optimisme et à la simplicité de la lumière. « Cracks Appear » porte ce message, les masques tombent, la peau, les yeux parlent, les fissures apparaissent pour laisser passer la vérité.

Pour qui connaît et aime la musique de Fink, elle est quasi religieuse. Donc si le groupe lui-même souligne à quel point l’album leur semble mystique dans leur renouvellement en tant qu’artistes, nous ne pouvons qu’attendre fébrilement la suite de Resurgam

À LIRE AUSSI
>> On a écouté Fink et son Sunday Night Blues Club

>> Le retour d’un des fils prodigues du folk : Nick Mulvey

 

Advertisements

Laisser un commentaire