Envol céleste avec ISLAND au Pop-Up du Label

LIVE REPORT – Retour sur un samedi soir absolument parfait au Pop-Up du Label pour le dernier concert de la toute première tournée européenne d’ISLAND.

Si je pouvais, je te dirais simplement et efficacement que j’ai absolument adoré ma soirée au Pop-Up du Label ce samedi 25 novembre. Mais ça serait un peu léger que de ne pas te raconter pourquoi ce retour parisien d’ISLAND m’a rempli le cœur d’une joie immense. Une sorte d’excitation que je ressens quand je revois un groupe que j’adore. Depuis que je les ai découverts en début d’année en première partie de Palace, j’écoute les deux EPs d’Island avec tout autant de plaisir. Entre temps, les Britanniques ont signé chez Frenchkiss Records pour exporter leur musique aux États-Unis et ont enregistré cet été leur premier album. Intitulé Feels Like Air, sa sortie est prévue pour avril. Que des bonnes choses.

Vapeurs célestes

Tout va très bien pour ISLAND. Et c’est à Paris qu’ils ont choisi de finir leur première tournée européenne en tête d’affiche. La fatigue de la tournée n’est pas ne déteint pas sur la prestation du groupe, qui se présente sur scène un peu après 21h. Les garçons échangent de nombreux sourires, et ne lésinent pas sur l’énergie. Comme d’habitude au Pop-Up, il fait chaud, et de la fumée est envoyée très souvent sur scène, comme pour nous inciter à nous laisser consumer par les vapeurs célestes et euphorisantes des guitares éthérées. Le live est très bon, et je commence à saisir ce que m’expliquait Rollo quelques minutes avant : pour Feels Like Air, les Anglais voulaient se rapprocher le plus possible de leur live et avoir ainsi la possibilité de jouer tous leurs titres en concerts, sans exception. Entre ce que j’écoutais déjà sur Soundcloud, et ce que j’entends ce soir-là, je ne suis pas déçue une seconde.

L’ambiance est bonne au Pop-Up, le public est enthousiaste, danse et chante les « Come With Me », « Stargazer », « A Place You Like » mais aussi « The Day I Die », dernier extrait du prochain album d’ISLAND. Un public de connaisseurs, mais pas autant que Fred, ce grand fan d’ISLAND qui a suivi le groupe sur plusieurs dates de leur tournée et que le groupe invite à monter sur scène avec eux pour partager son énergie de danseur émérite. On adore le regarder se mouvoir sans en avoir rien à faire de ce qu’on pourrait penser de lui. Le plaisir supplante toutes les autres émotions.

C’est un peu ça ISLAND d’ailleurs. Un plaisir intense. Le réconfort de planer avec les mélodies ouatées, le sentiment de s’évader d’un quotidien écrasant, de s’envoler. Une parenthèse hors du temps. L’intensité est toujours délivrée avec parcimonie par le biais de nuances maîtrisées. Comme dans la ballade « Feels Like Air », qu’on découvre pour la première fois et qui nous caresse l’échine subtilement avec ses nappes de guitares et de basse toutes en résonance et brillance. Deux autres chansons de leur album nous sont dévoilées, mais je ne m’avancerai pas en vous donnant des titres approximatifs. Sache simplement que la patte d’ISLAND est toujours aussi audible et que dans mes souvenirs, je ne me suis pas arrêtée de danser/balancer une seule seconde, de « Spotless Mind » à « Dreaming Of » en passant par « All You Ever Needed Was Love » qui vient clôturer superbement le concert.

On me dit dans l’oreillette qu’ISLAND pourrait être de retour à Paris au printemps prochain à l’occasion de la sortie de leur tout premier album, qui s’annonce, ma foi, plus que bien.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À LIRE AUSSI
ISLAND, une péninsule shoegaze et lumineuse
Le grand plongeon d’ISLAND avec leur nouveau single « Try »

Photos : Emma Shindo

Advertisements

Laisser un commentaire