Destination Eurovision : quand Nouvelle Star rencontre The Voice

EUROVISION – Après deux demi-finales, c’est le moment du choix de LA chanson qui défendra la France à l’Eurovision. Ça se passe sur France 2, et on s’interroge sur la nouvelle mouture.

Lors de deux soirées, tu as peut-être pu découvrir sur France 2 le programme « Destination Eurovision ». Moi, je suis tombée dessus par hasard lors de la première demi-finale. Et plutôt que de zapper, j’ai été intriguée. Disons-le immédiatement, je n’ai jamais été une grande fan de l’Eurovision, encore moins des sélections. Pour moi, ce concours représente des souvenirs d’enfance devant ma télé, lors desquels les tenues et les remises de points me fascinaient plus que les artistes qui avaient défilé. Mais là, j’ai été surprise par le dispositif mis en place pour trouver LA chanson qui nous défendra lors du concours européen du 12 mai.

Un présentateur, trois jurés, des reprises… Ça ne te rappelle rien ?

Déjà, il y a Garou. C’est lui qui présente et on se demande dans quelle galère il est allé se fourrer là. Il y a un jury, composé de 3 artistes francophones : Christophe Willem, Isabelle Boulay, Amir. Et il y a des candidats, 9 par demi-finales. Après une pastille de présentation de leur personne, on les laisse chanter une petite reprise, puis on présente les auteurs et compositeurs de la chanson, puis on les laisse la chanter sur le plateau. On reproduit donc ce schéma 9 fois. C’est beaucoup, 9 fois. C’est long, 9 fois. Et puis ça ressemble beaucoup aux télécrochets qu’on connaît, quand même (coucou The Voice).

destination-eurovision-jury
Destination Eurovision : le jury

Après chaque performance, le jury du plateau émet un petit avis. Pas de bleu ni de rouge, pas de buzzer, pas de siège qui se tourne. MAIS des débordements de « bienveillance » (#LeMotÀLaMode), agrémentés de petites critiques quand même, sur la capacité de la chanson à fédérer pour le concours. Ça aussi, c’est très télécrochet, pour ne pas donner de nom. Puis l’avis de 3 juges « européens » qui donnent un point de vue extérieur. À la fin de la soirée, l’attribution de points sur le même système qu’à l’Eurovision. Les 4 meilleurs sont sélectionnés pour la finale. Tout est clair ?

Un vivier de jeunes artistes pas tout à fait inconnus

Dans la liste de ceux qui se présentent, beaucoup de têtes pas si inconnues, qui sont « tellement heureuses d’être là ». Toi-même tu sais, l’Eurovision c’est un peu le but ultime pour chaque artiste dans ce pays. LA BLAGUE. Je suis surprise de découvrir la sœur de Clara Luciani au milieu de tout ça (Ehla, non retenue pour la suite). On trouve des anciens de The Voice, comme Igit de l’équipe de Garou (oh bah tiens) dans la saison 3, Sarah Caillibot de la saison 2 ou Lisandro Cuxi, gagnant de la saison 6. On trouve aussi des petits jeunes bien implantés déjà, comme Malo’, petit protégé de Jean-Louis Aubert, avec un véritable univers à la Coldplay en solo, et Lucie Vagenheim, première partie de Florent Pagny.

Musicalement, il y a à boire et à manger, comme on dirait, mais surtout une indigestion de bons sentiments. Vocalement ce n’est pas exceptionnel, on ne va pas de mentir, et en terme d’univers affirmé, tout est encore très flou pour la plupart. Les quatre favoris sont ceux qui ont la chanson la plus aboutie : Malo’ (univers à la Coldplay et très belle voix), Lisandro Cuxi (qui en fait des caisses, très showman), Madame Monsieur (duo pop avec une chanson sur les migrants), Igit (mais que fais-tu là, vraiment ?).

Le public comme juge ultime

Samedi, tu retrouveras les 8 finalistes lors d’une émission spéciale. Cette finale, elle ressemble à The Voice comme c’est pas permis. C’est le public qui a les clés en main, c’est lui qui aura le mot de la fin avec le choix du gagnant. Mais avant ce choix, chaque artiste aura l’immense honneur de chanter un duo avec un talent français « célèbre ». On te laisse juger :
– Nassi / Gipsy Kings
– Louka / Maître Gims
– Madame Monsieur / Dadju
– Max Cinnamon / Patrick Fiori
– Emmy Liyana / Slimane
– Lisandro Cuxi / Nolwenn Leroy
– Igit / Alain Souchon
– Malo’ / Cats on Trees.

Je serais si heureuse de voir Igit représenter la France avec « Lisboa Jerusalem ». La chanson française, la vraie, transpire dans cette valse, seul titre qu’on ne ressent pas calibré spécialement pour le concours. Mais enfin, ne nous leurrons pas. Les gens lancent des pronostics, mais il m’est d’avis que les Français qui voteront samedi soir ne feront pas forcément le choix le plus cohérent. Et en attendant l’Eurovision, la vraie, il restera toujours The Voice pour les plus addicts aux concours de chants.

Destination Eurovision 2018 : la finale : France 2, samedi 27 janvier dès 20h50.

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.