Led Zep + Jack White = Greta Van Fleet

DÉCOUVERTE – Oui Greta Van Fleet ne peut absolument pas cacher ses influences. Si Jack White reprenait du Led Zeppelin, cela donnerait Greta Van Fleet. Mais si c’est bien fait, on ne peut que se réjouir non ?

Si tu écoutes OÜI FM en « province », donc sur une appli, tu as sûrement des coupures découvertes musicales pour remplacer peut-être, je ne sais quelle coupure pub parisienne, qui sait ? Et donc tu découvres parfois dans ces pauses des petites merveilles. Ou, tu endures trois mois consécutifs un groupe pénible. C’est la roulette. Ces dernières semaines c’est jackpot, avec, comme noté sur un calepin en essayant de comprendre le nom, Greta Fanflit. Après recherche c’est donc Greta Van Fleet, quatre petits jeunes du Michigan. Et non, ce n’est pas un titre de Led Zepelin. Car oui, spontanément, tu aurais pu jurer sur la tête de toute ta famille, que « mais si c’est Led Zep… tu sais… c’est sur cet album là… avant celui avec le ballon dirigeable… mais si… » Mais non.

Hommage, clonage ou arnaque ?

La frappe est la même, la voix dans le cri est quasi absolument similaire à Plant (et effectivement plus proche d’un Jack White dans les graves), les guitares sont des copies conformes, mais les géniteurs de ce titre, « Highway Tune », ce sont des jumeaux de 21 ans, flanqués du jeune frérot de 18, les frères Kiszka, et d’un copain à la batterie de 18 ans également. Connaître Led Zep à cet âge, y trouver de l’inspiration, ok cela n’a rien de surprenant. Mais être capable d’écrire leur nouveau titre pour ce groupe légendaire, et surtout de l’interpréter de la sorte… C’est assez surréaliste et extra-terrestre. Alors les détracteurs diront de suite, pourquoi écouter ces petits mecs plutôt que les vrais ? Rien de nouveau sous le soleil, je retourne écouter l’original. Simplement parce que c’est très bien fait. Que ça provoque la curiosité. Force le pied et la tête à battre le rythme. Et laisse un bon gros sourire sur le visage de celui qui a envie d’écouter du rock millésimé.

Tous les chemins du rock actuel mènent aux Black Keys

Les garçons reconnaissent ne même pas connaitre Led Zeppelin avant leur entrée au lycée, mais qu’ensuite Jake le guitariste a voulu tout apprendre et savoir de Jimmy Page jusqu’à l’obsession. Le grain à la Plant est arrivé un peu par hasard à Josh, en essayant de gueuler plus fort que le groupe. Les garçons étaient surtout passionnés de blues et de rock 70’s. S’ils se sont penchés sur Led Zeppelin c’est pour comprendre les influences des groupes qu’ils aimaient comme les Rival Sons, Fleet Foxes et surtout les Black Keys. Amen. Les petits chiots, plus on vous découvre, plus on vous aime.

Le résultat de leur EP From The Fires a un ton beaucoup plus rétro que les groupes précédemment mentionnés. Huit titres dont deux reprises, une couverture d’album avec tous les codes des années 1970. Tout est pensé dans les moindres détails pour être un nouvel album né en 2017, mais conçu en 1970. Donc même les puristes ne peuvent qu’admirer le travail et donner leur chance à ces gamins. Robert Plant lui même en interview a dit qu’ils avaient de l’avenir ! Notre préférée est « Safari Song », écoutez et vous comprendrez la référence à Jack White dès les premiers mots.

Ils seront aux Étoiles à Paris le 28 mars, courez !

Advertisements