50 nuances d’Isaac Gracie

LIVE-REPORT – Isaac Gracie était en concert au Café de la Danse, ce mercredi 2 mai. Rocknfool y était, on vous raconte.

D’Isaac Gracie en live, on avait le souvenir d’Amsterdam. Seul ou en duo avec Jamie, sans batterie, c’était beau à faire pleurer. Ce soir, c’est la formule trio, avec une batterie, donc. Le premier LP est sorti, ce « debut album » dont on parlera bientôt. Et forcément, dans la setlist, c’est ce disque qui occupe tout l’espace. Rien qui dépasse.

Rien qui dépasse, sauf la batterie. Dès le départ, on l’entend beaucoup. Trop, en fait. Elle prend le pas sur la guitare, manque de finesse, appuie le rythme sans la délicatesse qu’on a envie d’entendre ce soir. Elle finit par trouver sa place, forcément sur les morceaux les plus « rock » : « The Death of You and I », « Running On Empty ». Mais on respire quand elle disparaît, par deux fois sur ce set, avec « Love ain’t always so good ». Et « Hollow Crown ».

 

Fulgurance

C’est sur ce titre là qu’on trouve un peu de ce qu’on était venues chercher. Avec surtout la voix merveilleuse d’Isaac Gracie. Cette voix aux milles nuances, que seule la guitare accompagne. Ses fulgurances qui soudain nous sortent de la douceur pour nous torturer un peu. C’était ça, qu’on avait en tête. C’est à ça que notre cœur répond par un amour irraisonné.

Le reste du set n’est pas parfait. Les fins de chansons sont trop abruptes. Les arrangements aussi. Mais on ne peut pas dire que tout cela était mauvais. Ce set était simplement à l’image de l’album : bon, mais pas transcendant. De quoi nous donner une excuse supplémentaire, si besoin en était, pour un prochain concert… Avec, on l’espère, l’intensité qu’il nous manquait.

Advertisements