Francofolies 2018, jour 3 : Clara Luciani, Pierre Lapointe, Malik Djoudi… Génération « tombés pour la France »

LIVE-REPORT  – Journée placée sous le signe des ovnis de la musique aux Francofolies de la Rochelle avec Malik Djoudi, la sublime Clara Luciani et notre maître à tous, Pierre Lapointe.

C’est notre coup de coeur de la journée : Malik Djoudi. On est tombé sous le charme de ses compositions électro-pop hypnotiques, de ses beats groovy, de ses nappes de réverb, de sa voix suave qui monte avec aisance dans les aigus, et de ses petits pas de danse improbables. C’était la première fois que l’artiste poitevin, auteur de l’album Un en 2017, jouait aux Franco. Un baptême largement réussi pour le musicien, accompagné sur scène de son complice Greg Cadu. Comme Malik Djoudi est généreux, il en a profité pour tester en live quelques-uns de ses nouveaux morceaux dont « Verser ma vie » ou « Tempérament ». Deux titres qui seront sur le prochain disque du chanteur prévu pour le début de l’année 2019. On a déjà très hâte. H.P.

Ils ont été sacrés champions de France de human beatbox en équipe en 2016 à Paris. Les quatre garçons de Berywam ont mis le feu à la scène Jean-Louis Foulquier à la seule force de leurs voix. Aussi à l’aise sur le rap de « No Diggity » que le disco de « Staying alive » ou la chanson de « La Bohême », les artistes ont offert un show hallucinant de maîtrise technique, sur fond d’harmonie vocale parfaite. H.P.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Elle est cette femme que je rêve d’être. Le regard assurée sous la frange massive et droite. La voix grave et suave. La plume affûtée et incisive qui sait de quoi elle parle. Clara Luciani est le coup de cœur unanime de l’équipe de Rocknfool. On est toute sous sa charme et à chacun de ses concerts, on ressort – j’imagine pour les autres aussi – avec un sourire niais de cette personne heureuse d’avoir participé à un joli concert durant lequel on passe par toutes les émotions. Les frissons sont nombreux, les larmes restent coincés (heureusement) au coin de l’œil, prêtes à couler mais on se retient. On est bercées par cette voix chaude et ce grain si surprenant qui n’appartient qu’à elle. C’était beau ce concert, et à en juger la standing ovation spontanée à la fin du show, le public était aussi conquis. S.S.B.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Émouvant. Magique. Inspirant. Triste. Drôle. Poétique. Je ne sais pas comment décrire les concerts de Pierre Lapointe. Ils approchent la perfection. On pleure quand il chante ses textes (c’est toujours un coup de poignard dans le cœur ce « Je déteste ma vie ») accompagné au piano et au marimba et puis on rit de ses blagues et de son autodérision. Pierre Lapointe fait parti de ceux qui m’ont amené à la chanson française. Oui, c’est étrange. Un Québécois. Mais non. Parce que je reste persuadé que ce sont nos cousins canadiens qui défendent pour de vrai et de la plus belle des manières la langue française. Le mot est juste, les paroles soignées, léchées, là aussi, juste. J’ai juste envie de dire merci Pierre Lapointe. Merci pour « La Science du coeur ». Il soigne le mien un peu plus à chaque nouvelle écoute. S.S.B.

Advertisements