D Fine Us, coup de cœur blues en une chanson

DÉCOUVERTE – Faire voyager le blues du bayou dans les jungles urbaines du 21e siècle, c’est le pari de Tomer Katz et de son projet D Fine Us. Carrément réussi.

Tel Aviv. C’est donc là que se cache le blues en 2019. Ces dernières années, on l’avait pourtant identifié en Alsace avec Dirty Deep, en Suède avec Bror Gunnar Jansson, ou encore au Wisconsin avec William Z. Villain. Mais il se trouve que cette année, c’est en Israël qu’on le retrouve grâce à Tomer Katz. Songwriter mais aussi producteur, l’artiste fait de D Fine Us un projet hybride et prometteur.

L’équilibre parfait

Imagine les sons classiques du bayou : la guitare caractéristique, les rythmes presque psalmodiés qui ne sont pas sans rappeler les champs de coton, la voix rocailleuse. Rajoutes-y quelques beats électroniques, un traitement synthétique, des loops. Tu obtiendras « Post Truth Era Blues », le premier titre de ce projet. Un mix parfait de la tradition poussée délicatement hors de sa zone de confort, de la modernité qui vient souligner parfaitement les recettes ancestrales. « Post Truth Era Blues » finira par te hanter et te pousser à appuyer sur repeat.

On n’avait pas entendu un truc pareil depuis le « Too Dry To Cry » de Willis Earl Beal ou encore les débuts d’Heymoonshaker. À ceci près que le titre et son concept de « post truth era » nous donnent encore plus envie de creuser et d’attendre la suite. Il ne reste plus qu’à guetter la sortie de l’album, Safe To Disconnect. Stay tuned.

Advertisements