Quatre groupes rock à écouter absolument #2

DÉCOUVERTE – Le rock n’est pas mort. La preuve avec Kid Kapichi, The C33s, Lewsberg et A. Swayze & The Ghosts, des pépites qui méritent qu’on en parle plus.

Kid Kapichi

Tu es en manque des Arctic Monkeys des débuts. On a un groupe pour toi : Kid Kapichi. Quatre jeunes anglais originaires d’Hastings et potos avec Frank Carter & The Rattlesnakes. Le quarter maîtrise parfaitement les riffs explosifs et les mélodies percutantes en témoigne « 2019 ». Et ils ont beaucoup de choses à dire sur le climat politique et social actuel de leur pays. « C’est une chanson en colère qui commente l’état de la situation en ce moment même où des jeunes de divers horizons sont laissés en Grande-Bretagne. En particulier dans les petites villes, les jeunes ont de moins en moins d’opportunités de trouver un emploi et de pouvoir payer un niveau de vie décent, et les personnes qui en sont capables doivent travailler plus fort que jamais pour y parvenir« , explique Ben Beetham, l’un des chanteurs, dans une interview au magazine Clash.

Ils passeront le 28 octobre à l’Elysée Montmartre en première partie de Frank Carter & The Rattlesnakes.

The C33s

Revenons à Manchester.On connaît l’importance de cette ville dans la culture rock. Et non, elle n’a pas perdu de sa créativité et de sa fougue. La preuve avec The C33s (à prononcer « C Three Threes »). Un trio qui mélange avec brio rockabilly et post-punk. Oui, ça existe. Et c’est très bon.

Le groupe a publié son premier single officiel en avril dernier. Il est intitulé « Manic Depression ». Avant ça, ils avaient sorti « Losers/Lovers ». Une petite pépite qui a attiré les oreilles de BBC Introducing et qui leur a permis une mise en lumière plus conséquente. Pourquoi on aime ? Parce que c’est tordu, c’est sauvage, la basse est massive, la batterie est millimétrée. C’est une barre d’énergie à pleine puissance et ça ne retombe jamais.

Lewsberg

« L’idée était de créer un groupe de rock avec de très bonnes chansons et très mal joué ».

Lewsberg

Du côté des Pays-Bas aussi, on trouve quelques sensations rock. Parmi elles, Lewsberg. Le nom du groupe est une référence à l’écrivain néerlandais Robert Loesberg. Quand on les écoute, on devine qu’ils ont été bercés par les albums de Velvet Underground et Modern Lovers. Quelque chose dans le phrasé, dans le minimalisme.

Le groupe revendique une esthétique arty et lo-fi. « L’idée était de créer un groupe de rock avec de très bonnes chansons et très mal joué. Nous aimons décomposer les chansons quand elles sonnent trop bien, ralentir les choses lorsque vous commencez à sentir le rythme, sonner vraiment gentil lorsque vous chantez après une catastrophe, être désaccordé pendant un solo de guitare crucial », explique Lewsberg dans une interview à NME. Le quartet a sorti son premier album en février dernier. Ça sonne exactement comme dans les années 70. Juge par toi-même.

A. Swayze & The Ghosts

Ok, l’Australie est devenue en quelques années la patrie du rock psyché mais on compte quelques groupes d’énervés là-bas. Amyl & the Sniffers par exemple ou encore A. Swayze & The Ghosts. Ils sont originaires de Hobart, Tasmanie. Une jolie petite île où il n’y a pas grand-chose à faire de sa vie. Beaucoup de chômage, beaucoup d’ennui, beaucoup de colère, beaucoup de frustration… C’est ce qui a nourri la musique de ce quatuor. Le punk rock énergique reste tout de même optimiste. Quand on leur demande leurs influences, Andrew Swayze (le chanteur) cite les Stooges, les Stones et Idles… Ça te donne idée du bordel génial que ça peut donner.

A LIRE AUSSI

Advertisements