Patrick Watson : ce qu’on sait de son nouvel album

NEWS – On l’attendait, on avait hâte et le revoilà. Patrick Watson revient avec tout ce qu’il faut pour nous enchanter. Et ça s’appelle Wave.

2015. On n’avait rien eu de neuf de Patrick Watson depuis 2015 et la sortie du parfait Love Songs For Robots. Quatre ans (et demi), donc. Oui. On compte. On compte parce qu’il s’agit de Patrick Watson. Et qu’un album de Patrick Watson, c’est l’assurance de retrouver une pépite onirique, avec toujours de nouvelles teintes à découvrir, à apprivoiser, et à finir par adorer. Ça ne loupe jamais. Alors forcément, quatre ans c’était long, malgré une bande originale de film et quelques concerts.

Des bouleversements…

Long pour nous, mais c’est aussi long pour l’artiste. Il s’en passe des choses, dans quatre années de vie. On le sait déjà, son batteur Robbie Kuster , pilier indispensable de son groupe, a notamment quitté le navire. Ils nous l’avaient annoncé en décembre dernier, lors de leur concert au Trianon. Des changements étaient à prévoir.

Patrick Watson - Wave

Mais c’est aussi tout l’univers personnel de Patrick Watson qui s’est assombri : le décès de sa mère, la séparation d’avec sa femme. Bizarre d’écrire ça ici, non? Il y a quelque chose d’impudique dans le fait de mettre ça à l’écrit dans un article qui parle de musique. Quelque chose de gênant, d’inconfortable à avoir l’impression de pousser la porte de la vie intime d’une personne, quand finalement tout cela ne nous concerne pas vraiment. Mais voilà, il faut bien en parler pour comprendre à quoi ressemblera Wave, le nouvel album d’un des plus grands artistes de notre époque.

… qui font des vagues

Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Prévu pour le 18 octobre, il faut s’attendre à ce que Wave soit traversé d’une onde de tristesse profonde. Mais puisqu’il s’agit de Patrick Watson, on peut aussi prédire qu’en nous faisant visiter les sombres abysses, il nous apprendra à remonter avec lui vers la surface. Maître absolu du funambulisme, que ce soit dans un espace futuriste (Love songs for Robots) ou au fin fond d’un jardin (Adventures In Your Own Backyards), il a toujours su nous faire osciller entre obscurité et lumière, mélancolie et joie intenses. Et ce sera donc entre pertes et retrouvailles, destruction et résilience, qu’on le retrouvera cette fois-ci.

En attendant, quatre concerts sont déjà prévus en France : le 26 février à l’Olympia de Paris, le 27 à Bordeaux, le 28 à Nantes et le 1er mars à Lille. Ouverture des billetteries ce vendredi, 10h. Immanquable, non ?

Advertisements