Cinq choses à savoir sur « The Man Who Sold The World » de David Bowie

CULTE – Parce que oui, ce morceau étrange et fascinant, « The Man Who Sold The World », appartient à David Bowie et non Nirvana.

Nirvana a été ma porte d’entrée pour découvrir David Bowie. Avec la reprise de « The Man Who Sold The World » lors du MTV Unplugged. Il faut bien arriver de quelque part quand on n’est pas né à la bonne époque. Je sais que je ne comprenais pas tout à fait les paroles, mais j’étais obsédée par cette guitare étrange, gémissante, larmoyante. C’est par « The Man Who Sold The World » que j’ai commencé mon apprentissage de David Bowie. Je devais avoir 16 ans. Et que j’ai envie de te parler de cette chanson-là.

C’est beau la folie

Ce n’est jamais très simple de comprendre de quoi parle David Bowie dans ses chansons. Ce titre-là évoque la schizophrénie et la double personnalité. Dans un entretien accordé à la BBC, Bowie explique : « Je crois que je l’ai écrite parce que j’étais à la recherche d’une partie de moi-même. Aujourd’hui, je me sens plus à l’aise avec ma façon de vivre et avec ma santé mentale et mon état d’esprit et tout ça, j’ai une sorte d’impression d’unité ».

Dans la famille de l’artiste, il y a quelques cas de folie. Son demi-frère, Terry Burns (fils de sa mère) souffrait de schizophrénie. Il avait été interné à la fin des années 60 et s’est suicidé en 1985, en se jetant sous un train. L’album The Man Who Sold The World évoque la maladie de son frère, dans le titre « All The Madmen » notamment. Plusieurs tantes de Bowie souffraient aussi de cette pathologie.

D’autres théories existent sur le véritable sens de la chanson. Certains pensent que Bowie évoque la sexualité et la propre lutte intérieur du chanteur ou encore une conversation entre Dieu et Diable. On ne saura jamais, c’est un secret que Bowie a emporté avec lui sur Mars.

Science-fiction, mon amour

Pour la chanson, David Bowie s’est inspiré du roman L’Homme qui vendit la Lune de Robert A. Heinlein, doyen des écrivains de science-fiction. On connait l’importance de l’espace et de la science-fiction dans la vie et la carrière de Bowie. « Space Oddity » a été le premier succès de l’artiste, l’extra-terrestre superstar du rock, Ziggy Stardust est celui qui a envoyé Bowie dans une autre dimension. Mais on est deux ans avant l’album The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars.

L’autre influence de Bowie pour ce titre c’est le poème « Antigonish » de William Hughes Mearns : « Last night I saw upon the stair, a little man who wasn’t there He wasn’t there again today, oh, how I wish he’d go away ».

La dernière chanson de l’album

1970. David Bowie s’est remis de sa rupture avec Hermione Frankel grâce à Angie, celle qui deviendra sa première épouse. Angela Barnett a apporté énormément à la carrière. Mais, lors de la conception de l’album The Man Who Sold The World, elle était l’occupation principale de Bowie. Il était plus intéressé à flirter avec la jeune femme que par la réalisation de ce troisième album. A cette époque, Tony Visconti, Mick Woodmansey, Mick Ronson, David Bowie et Angie vivaient tous au Haddon Hall, un manoir victorien très draculesque situé à Beckenham dans le Kent.

David Bowie et Angie à Haddon Hall
Mirrorpix/Corbis

C’est la-bas qu’ils ont travaillé l’album… même si en vrai ce sont surtout Ronson et Visconti qui ont bossé et donné la patte heavy metal à l’album, influencés par le travail de Led Zeppelin. Bowie est venu un jour en studio pour enregistrer la totalité des chansons en guitare/voix. Ronson et Visconti ont fait le reste. A vrai dire, c’est lors de la dernière journée de mixage que Bowie a complété les paroles de « The Man Who Sold The World ».

Les chansons préférées de Kurt Cobain

Dans son journal intime, Kurt Cobain avait un classement de ses titres préférés. « The Man Who Sold The World » y figurait à la quarante-cinquième place. Nirvana a repris ce titre lors du célèbre MTV Unplugged en 1993. Ce ce sera le troisième clip vidéo le plus diffusée sur la chaîne cette année. « J’ai été époustouflé quand j’ai découvert que Kurt Cobain aimait mon travail. J’ai toujours voulu lui parler des raisons pour lesquelles il a repris cette chanson. C’était une bonne interprétation, très honnête. J’aurais voulu travailler avec lui. Juste lui parler aurait été vraiment cool« .

Nirvana a permis de redonner une nouvelle vie à la chanson. La version du groupe efface même l’originale dans l’esprit des gens. Comme « Hallelulah » de Leonard Cohen par la version de Jeff Buckley. Beaucoup pensent que c’est un titre de la discographie de Nirvana. Bowie racontait que lorsqu’il jouait la chanson en concert, des jeunes lui disaient : « c’est cool que vous jouiez une chanson de Nirvana« . Dans sa tête, il pensait : « Fuck you, you little tosser » !

En 2017, la Phonographic Performance Limited a publié une liste des vingt chansons les plus jouées de Nirvana à la télévision et à la radio au Royaume – Uni. « The Man Who Sold the World » est été classé au numéro six.

L’hommage de Beck à David Bowie

Lors du pré-concert des Grammy Awards en 2016, les membres survivants de Nirvana et Beck ont aussi repris ce titre. Pour rendre hommage à David Bowie décédé au début de cette année. Pat Smear est à la basse, Krist Novoselic à la guitare, Dave Grohl à la batterie. Beck est au chant. Bowie était aussi un héros pour Beck qui disait de lui : « Sa carrière ressemble à celle de ma vie. Il y a toujours eu un disque de David Bowie. Il a toujours fait quelque chose. Bowie a toujours été une sorte de guide ou de force gravitationnelle pour moi« . D’ailleurs, il faut écouter sa reprise sublime de « Sound and Vision » accompagné de 200 musiciens. Mais ça, c’est une autre histoire.

Advertisements