L’amour toxique au cœur du Braquage musical de Marie-Flore

CHRONIQUE – Avec son premier album en français, Marie-Flore chante la destruction et toxicité amoureuse, sur des envolées pop et oniriques.


Braquage : n.m
1 « Mouvement de flexion et pivotement des pieds par lequel le skieur obtient un changement brutal de direction des skis. »
2 « Fixer son regard, son attention sur quelqu’un, quelque chose. »

Voici les deux principales définitions – données par le Larousse – relatives au mot braquage. Voici aussi les descriptions adéquates au premier album français de Marie-Flore. Braquage est un véritable tournant musical dans la carrière de Marie-Flore, passant d’une touche Cat Power à des sonorités Angèle-iques. Il est aussi une sublime autobiographie de l’amour toxique, dans la lignée des textes érotiques d’Alex Beaupain.

Chroniques d’un amour toxique

Mélodiquement onirique et envoûtant, Braquage s’ouvre sur une dichotomie entre sonorités pop et noirceur littéraire. Nombreux sont les titres faisant face à cette mélodieuse obscurité, mais « QCC » plante admirablement le décor. « Pour moi t’es qu’un détail, une pipe de plus que je taille. J’ai pas besoin de dépistage, Je sais que c’est toi qui me ravage. »

L’amour toxique vu de l’intérieur et, par-dessous tout, vu par la personne intoxiquée. Voici le pari littéraire que s’est lancé Marie-Flore. Sans détours, elle ne se cache aucunement derrière une pseudo-pudeur. Elle avoue être au fond du trou, dans « M’en veux pas » : « Hé ouais, je fais de la peine à voir depuis que j’ai le cœur sur le départ. »

Nous ne sommes pas beaux à voir, nous faisons de la peine et nous sommes psychologiquement, physiquement détruits. De façon limpide et adulte, Marie-Flore décrit majestueusement cet état de destruction : « J’ai pas envie de me passer de lui. Pas envie d’embrasser, d’enlacer, d’en aimer un autre que lui. J’ai pas envie de me passer de lui. À quoi bon éteindre l’incendie, tout s’anime, tout s’envenime à chaque fois qu’il me détruit. ». Voici ce que clame Marie-Flore, sur une mélodie rappelant le « Respire » de Mickey 3D.

Une double voix pour un album unique

Avec Braquage, Marie-Flore met aussi les pieds dans un genre musical très masculin : la pop urbaine. En gardant sa voix suave et en y ajoutant une tonalité plus aiguë, elle arrive à être accessible aussi bien à l’auditeur de France Inter qu’à celui des radios musicales privées. Elle décloisonne les barrières de la pop française comme le fait si bien, par exemple, Clara Luciani.

Aisément, nous passons d’un « Presqu’île » aux sonorités dreampop de Bye The Dozen – son précédent opus – à « Tout ou Rien » titre pop par excellence. La voix suit le rythme musical et Marie-Flore nous rappelle qu’elle fait partie de la famille Omoh / Julien Doré.

En sus de sa dualité vocale, Marie-Flore met en place un télescopage linguistique sur « Partie remise ». Tandis que son phrasé français est brut et cassant, les échos en anglais se veulent plus mélodiques et charmeurs. « Juste au cas où, je te le précise : It’s time for love to rest, and it’s waiting for years to shine. »

Un album à punchlines

En choisissant la langue française, Marie-Flore a voulu écrire des textes plus incisifs qu’en anglais. Des textes qui pourront être cités dans des conversations, qui pourront être de véritables punchlines amoureuses :

« Ouais je suis ta catin cheap, que tu planques à la Derrick. » Entendons-nous dans « Derrick ». « T’es mon braquage mon ange, tu tires et tout s’arrange » dans « Braquage », « Dans ton pieu c’est l’automatique arrosage » dans « QCC » ou encore « J’suis comme un piéton qui se suicide, qui traverse la rue hors des clous » dans « Tout ou rien ».

Cette plume cash et mature est devenue un véritable remède homéopathique pour Marie-Flore. Elle le deviendra aussi pour son auditoire. Si France Inter possédait ses remèdes à la mélancolie, la pop française jouit désormais d’un remède à la destruction amoureuse.

Marie-Flore sera en concert à Paris, Les Étoiles, les 25 novembre et 2 et 9 décembre 2019.

Marie-Flore - Braquage
TITRESDURÉE
1QCC4:14
2Tout ou rien3:39
3Braquage2:55
4Pas envie2:43
5Casse toi3:11
6M’en veux pas3:32
7Prequ’île3:37
8 Derrick 3:06
9 Cambre 3:53
10Partie remise3:27
9Sur la pente3:59
10Bleu velours3:18
Advertisements