L’Halloween 60’s de Half Moon Run au MTelus

LIVE REPORT – Half Moon Run a célébré Halloween au MTelus et lancé leur nouvel album « A Blemish in the Great Light » dans leur ville.

Ce concert du 31 octobre au MTelus affichait complet depuis un bout de temps. Nous, qui pensions à tort, que le groupe fondé et installé à Montréal avait provisoirement reporté Montréal à leur tournée… Ce n’était en fait que pour mieux surprendre leurs fans quelques semaines plus tard avec une date spéciale le soir d’Halloween, la veille de la sortie de leur troisième album, A Blemish in the Great Light. De la lumière et du réconfort en cette soirée de tempête.

« Ça fait du bien d’être de retour ! »

L’ex Métropolis est sold-out. Rien d’étonnant. Certains spectateurs ont joué le jeu et sont venus déguisés à la demande de Half Moon Run. Le groupe débarque sur les coups de 21h10 sur scène, en costumes 60’s. Ajoutons à ça la ferveur et les cris de joie suscités par leur arrivée et on se presque cru à un revival des Beatles. Pour l’occasion, le quatuor à cordes Esca les accompagne pour quelques titres. Une valeur ajoutée bien appréciable.

Pourtant démarrée en grandes pompes avec deux titres de leurs anciens albums (« 21 Gun Salute », « I Can’t Figure It Out »), la première moitié du concert est un poil terne. Les deux lead-singers (Devon Portielje et Conner Molander) se tiennent à bonne distance l’un de l’autre, séparés par un set de synthés en milieu de scène. Sur une estrade derrière eux, pas de changement. Dylan Phillips et Isaac Symonds sécurisent la partie tribalo-rythmique comme des princes (basse, percussions et claviers). Niveau chimie et joie de jouer ensemble, on a quand même vu mieux.

Les favourite boys de Montréal

Cinq titres de leur nouvel album sont présentés au MTelus ce soir-là. On s’attendait à plus. Néanmoins les Canadiens ont les mines réjouies en entendant le public chanter avec eux les paroles de « Then Again » et « Favourite Boy », les premiers singles teinté 60’s de A Blemish in the Great Light. Et ça tombe bien car les spectateurs ne rechignent par leur plaisir à chanter en chœur avec le groupe.

Malgré leur résidence à Montréal depuis plusieurs années, seul Dylan ose prendre la parole en français pour lancer leur titre « Flesh and Blood ». Une chanson qu’ils traînaient depuis plusieurs années dans leurs bagages dont ils ont fini par accoucher sur leur nouvel album. Comme quoi, il n’est jamais trop tard. « Je me sens ridicule de parler avec mon déguisement » finit par avouer Dylan. Il rebondit vite et lance un « nos fans de Montréal sont les meilleurs ! » l’histoire d’aller chercher une salle déjà chauffée à blanc.

Bouquet final

Joli moment que leur version acoustique de « Sun Leads Me On » autour d’un seul micro posé sur le devant de la scène, enchaînée avec la toujours aussi sensuelle « Need It ». C’est après leur interprétation de « Razorblade » et ses mélodies rétro que le bouquet final est lancé. « Call Me In the Afternoon », « Drug You » et « She Wants to Know » concluent le concert de la plus folle des façons dévoilant sur les écrans de LED les entourant de part et d’autre de la scène, les trois fameuses lunes de Half Moon Run.

Le premier rappel est lui aussi finement pensé, entre nouvelle chanson (« Jello »), ancienne balade émouvante (« Fire Escape ») et titre phare (« Full Circle »). Le MTelus éclate d’une même joie, les spectateurs sont déchaînés. Cerise sur le gâteau, « Give Up » en second rappel, interprété en avant-scène avec le quatuor à cordes et les deux percussionnistes.

En concert le 26 novembre au Trianon (Paris), le 5 mars 2020 à l’Épicerie moderne (Lyon).

Photos : Emma Shindo

Advertisements