Sur la Plage avec Valence, Laurence-Anne et Bon Enfant avant la 2e vague

LIVE REPORT – Une dernière soirée estivale en festival au bord du courant. Retour sur les concerts de Bon Enfant, Laurence-Anne et Valence à l’occasion de la Plage musicale.

Une belle soirée s’annonce au Pied-du-courant, alors que le thermomètre se montre assez clément ce soir de semaine. Cette 3e soirée de Plage musicale affiche complet. Il faut avouer que l’affiche est extrêmement séduisante avec Valence, Laurence-Anne et Bon Enfant. La scène franco-québécoise se porte bien.

Valence, trop bon, trop court

Valence, son téléphone et ses cinq amoureux multi-instrumentistes ont la charge du set d’ouverture. Direct, ils se jettent à l’eau et décident de faire chanter le public (pas forcément prêt, mais pas réticent à « ouhouher » en entrée de jeu) sur « Jupes aquariums ». Ça a le mérite de faire sourire, et de bien rester en tête. Le temps passe vite quand on fait une première partie, Valence le sait. En plus de quelques chansons de son EP et de la très bonne « Pruneau », Vincent Dufour nous régale de plusieurs nouvelles chansons, dont « La vie attend pas » et « Didi », touchant hommage à une proche. Un nouvel EP ou un album s’en viendrait-il ?

C’est leur premier concert depuis 6 mois et les musiciens savourent leurs retrouvailles, sourires aux lèvres. C’est avec « Sophie » et un ciel rose que Valence clôt un concert qu’on aurait voulu deux voire trois fois plus long. Ne nous inquiétons pas, ils seront de retour le 29 septembre au Lion d’Or dans le cadre des Francouvertes. On a déjà hâte.

La bourrasque Laurence-Anne

Une intro mystique et une bourrasque de vent et voilà Laurence-Anne et ses cinq musiciens qui prennent les rênes de la soirée. « C’est mon 1er festival de mon été nous dit-elle tout sourire dans sa combi à tâches de peinture, je suis trop excitée ! » La Québécoise interprète et revisite les chansons de son premier album Première apparition, et les toutes nouvelles tounes déjantées (peut-on complètement chéper ?) de son EP Accident lancé il y a un mois à peine, à coup de solo langoureux de sax, de synthé psyché et transitions rock bien senties.

Malgré un petit raté (et finalement très humain, très live, vive le live) dans la tonalité de « Chaque nuit' », les harmonies chantées avec Naomie de Lorimier sont vraiment intéressantes, et captivantes. Après nous avoir réservé un bisou à chacun de loin, Laurence-Anne finit son set sur l’addictive « Instant zéro », dont on ne se lasse pas.

Le confinement productif de Bon Enfant

Pour conclure la soirée, c’est Bon Enfant qui monte sur scène pour leur 4e show full rodé, ironise Daphné Brissette. Ça part sur « L’hiver à l’année », pas vraiment de saison, mais une bien jolie entrée en matière. Bien satisfaits de leur 1h de set, le groupe offre les titres de leur premier album homonyme, sorti en novembre 2019.

Le quintet, débordant d’énergie, offre un spectacle où voix traînante, tambourin diabolique et synthé-orgue sifflant prennent beaucoup de place sur des compositions, qui peuvent parfois de confondre. La section rythmique (batterie et base) ne fait pas non plus dans la finesse. Cela dit, la formule sans chichis-sans tracas de Bon Enfant passe crème, et le public, déjà familier, est conquis. En plus des « Aujourd’hui », « Faux pas » ou « Petites batailles », Bon Enfant annonce avoir profité du confinement pour écrire beaucoup de nouvelles tounes dont ils jouent quelques brides. « Tant qu’à ne pas jouer, autant faire un nouvel album ». On applaudit la productivité et la force mentale qui ne se sont clairement pas rendues jusqu’à nous.

Ils finissent la soirée par « À l’abri », dont les paroles résonnent étonnamment avec l’actualité, fait remarquer Alex Burger, mutin, à la basse. « Un rappel avant la deuxième vague » poursuit-il, clope au bec. Non merci hein, les concerts nous ont bien trop manqués.

Photos : Emma Shindo

Advertisements