Francouvertes soir 6 : Kanen, thaïs et Valence

LIVE REPORT – Avant de se reconfiner pour un mois, on est allé à la 6e soirée de préliminaires des Francouvertes avec Kanen, thaïs et Valence.

Pour ce deuxième soir de reprise, la météo a sacré son camp comme on dit au Québec. Il pleut non-stop depuis 10h du matin sur Montréal. Mais il faut croire que l’annonce d’un 2e confinement d’un mois à partir de jeudi nous donne ce petit push dans le dos pour aller profiter d’un de nos derniers concerts de l’automne (de l’année ?). D’autant que cette 6e soirée des préliminaires est l’une de celles qui nous tapaient le plus dans l’œil. En plus de Valence dont on a déjà parlé un certain nombre de fois et qu’on adore, on avait hâte de découvrir thaïs et Kanen. Une des plus belles soirées des préliminaires !

Kanen, la force tranquille

Kanen vient de Sept-Îles. C’est d’entrée de jeu ce dont la jeune femme d’origine autochtone nous informe, toute de noir vêtue à l’exception d’un foulard fleuri glissé dans sa poche et du mauve sur ses yeux (en hommage à Joyce Echaquan). Kanen nous parle d’elle à travers ses textes écrits simplement, mis en musique dans un folk doux et sensible.

Elle nous raconte son histoire, son quotidien, sans jamais tomber dans le pathos ou le voyeurisme. Elle est engagée quand elle parle des vigies (« Par la fenêtre »), et émue dans « Le dernier train » quand elle nous présente là où elle vit. Chacune de ses chansons fait l’objet d’une contextualisation historique ou géographique qui aurait pu être rébarbative si elle n’était pas didactique. D’une honnêteté désarmante, Kanen est en plein processus d’apprentissage de la langue inue, grâce aux bons soins d’une certaine Joséphine Bacon. Elle est aussi extrêmement touchante et ne manque pas d’autodérision. Consciente de son côté dramatique (pourtant pas théâtral), elle avoue commencer à assumer son amour pour la musique country. Du ukulélé à la sangle d’appareil photo, aux quelques pas de danse dont elle s’amuse, Kanen finit de conquérir et séduire de Lion d’or avec sa chanson « Tshukain ».

thaïs, une rupture et du rêve

C’est la soirée des « très » pour thaïs lors de son passage aux Francouvertes. Très spécial, pour la jeune femme qui avait hâte de fouler la scène. Très mémorable aussi pour elle, puisque c’est la 1re fois qu’elle interprète en live les titres de son nouvel EP à venir le mois prochain dont la chanson « Lou ». Comme Diam’s, thaïs veut nous emmener dans sa bulle, pour (re)vivre avec elle, la rupture qui lui a inspiré ses nouvelles chansons. Manquant un peu d’assurance à l’oral, thaïs compense avec des compositions mélodieuse et charnues.

Vocalement, thaïs nous fait penser à une Angèle mixée à une Louane. Musicalement, on est plus sur du Helena Deland, plus pop. Accompagnée d’un beat maker et d’un guitariste, les compositions de thaïs sont oniriques et malgré quelques fin de chansons abruptes, on passe un bon moment. On aime particulièrement quand elle pousse sur la voix et qu’elle se laisse aller à des mélodies au piano. La musique semble donner des ailes à cette artiste discrète, presque candide, dont la présence sur scène et les interventions ne vont aller que en s’améliorant avec l’expérience.

Valence président

On aimerait pouvoir renouveler notre blabla bourré de superlatifs concernant les concerts de Valence. Le set est le même que lors de la Plage musicale il y a même pas 15 jours de ça. Mais l’ambiance et la dynamique ne sont pas comparables, tout comme l’acoustique, valorisée dans le cadre d’un concert en intérieur.

Le sourire est toujours aussi contagieux chez les cinq musiciens de Valence qui assurent l’ambiance et les solos de saxophone, guitare et flûte traversière. Valence lui, n’hésite pas à aller chercher un Lion d’or à première vue assez vide (bien que complet, restrictions obligent), mais fort coopératif et entièrement acquis à la cause du malicieux Québécois qui propose un set de chansons dansantes et addictives (« Jupes aquariums », « La vie attend pas », « Sophie », « Pruneau »). C’est exactement ce qu’il nous fallait. « On est là et c’est tout ce qui compte », déclare Valence, qui savoure enfin son passage aux Francouvertes dont il s’adjuge la première place devant Kanen et Ariane Roy. Une place méritée haut la main.

Classement provisoire :

  • Valence
  • Kanen
  • Ariane Roy
  • Vendou
  • Jessy Benjamin
  • Narcisse
  • La Fièvre
  • La Faune
  • embo/phlébite

Photos : Emma Shindo

Advertisements