Francouvertes 7 : Jeanne Côté, McLean, Mille Piastres Please

LIVE REPORT – Pour la dernière soirée de préliminaires des Francouvertes, Jeanne Côté, McLean et Mille Piastres Please se sont succédé sur la scène du Lion d’or.

Veille de 2e confinement. Veille de fermeture de tous les lieux culturels pour 1 mois. Ça s’en va et ça revient. Autant d’occasions de profiter de l’ultime soirée de préliminaires des Francouvertes avec Jeanne Côté, McLean et Mille Piastres Please. « Bienvenue à ce dernier concert de 2020 » lâchera ce dernier dans un sourire. C’est parti.

Jeanne Côté, la belle surprise

Jeanne Côté est la seule artiste de la soirée que nous avions déjà croisée, puisqu’elle faisait partie des Chansonneurs de Destination Chanson-Fleuve. « J’étais pas censée être là, donc je suis bien énervée ! » Elle a remplacé Trop Belle, qui s’est désisté, sans qu’on en sache pourquoi. Cela dit, on est ravi de pouvoir écouter Jeanne Côté en solo. Parce que c’est franchement remarquable.

Un timbre de voix chaud et une aisance sur scène caractérisent cette originaire de Petite-Vallée en Gaspésie. Inspirée par tous ces grands chansonniers passés par ce temple de la chanson francophone, Jeanne Côté est une fine compositrice et interprète. Bien que bloquée derrière son piano, soutenue par un band très pro, la jeune femme est à bien à l’aise avec le public, comme si elle nous donnait à tous une chaleureuse accolade et chantait rien que pour nous. Elle interprète les titres de son EP Aller-retour paru en novembre dernier, et on entend des mélodies à la Stréliski un timbre entre Klô Pelgag et Camelia Jordana. On ne voit pas le temps passer.

McLean, la mine et la lune

McLean tient à ce que l’on sache qu’il est originaire d’une ville minière (Sudbury) en Ontario. Il fait d’ailleurs ce qu’il veut de ce français qu’il maltraite un peu sur les bords et qu’il mêle à l’anglais dans des compositions rock qu’on peine à décrire. On pense au trifle cake de Rachel dans Friends. Il est en fait question de boîtier lunaire, de rêves et de Tarkovki. On navigue entre plusieurs planètes dans un vaisseau avec un commandant qui aurait un petit pète au casque et qui foncerait droit vers l’inconnu et l’au-delà. Difficile parfois de suivre et de se raccrocher musicalement à ses changements abrupts d’univers et d’atmosphères chargées. Dans les faits, les chansons d’Une dernière fois, son premier album sorti à l’été 2018, prennent une tournure cinématographique proche d’un Philippe Katerine sous amphèt’. On reste coi et amusé.

La fête Mille Piastres Please

Il faut croire que cette dernière soirée était celle du paroxysme de l’éclectisme puisque pour clôturer ce 7e soir, c’est la formation Mille Piastres Please, emmenée par Jo Millette et son violon, qui se charge d’ambiancer le Lion d’or. En gougounes-chaussettes, Jo Millette alterne entre impressionnantes séquences au violon-voix (option cordes frappées pour rythmer tout ça) et passages plus fête au village accompagné de ses cinq musiciens. L’artiste est charismatique au possible, il tient rarement en place sur cette scène qu’il arpente en long en large et en travers, en toisant le public de son regard électrique. On pense à Mano Solo pour la diction et les textes réalistes, et aux Ogres de Barback pour les orchestrations de musique de rue, banjo et trompette en prime.

Le Lion d’or est charmé par cette proposition festive et enjouée de Mille Piastres Please qui a débuté sa carrière de musicien dans le métro. Il se donne à fond, cale 8 chansons en 30 minutes, comme un sportif en bout de ligne, quitte à parfois manquer un peu de justesse ou d’articulation.

Et les demi-finalistes sont…
– Valence
– Kanen
– Ariane Roy
– Vendou
– Jessy Benjamin
– Narcisse
– Mille Piastres Please
– La Fièvre
– La Faune

Rendez-vous le 12, 13 et 14 octobre pour les demi-finales en virtuel !

Photos : Emma Shindo

Advertisements